• Fédérale 1 : Aix-en-Provence champion de France
    Fédérale 1 : Aix-en-Provence champion de France
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Fédérale 1 : Aix-en-Provence champion de France

À l’issue d’une finale sans essais, marquée par beaucoup de maladresses et jouée dans un stade qui sonnait le creux, le Parc, plus solide et entreprenant, décroche logiquement le titre.

Fédérale 1 - Finale

La pelouse du stade Marcel-Verchère, à Bourg-en-Bresse, ne réussit pas à Lille. Après les féminines, battues par Montpellier en finale du Top 8, les garçons se sont inclinés face à Aix-en-Provence. Le Parc décroche logiquement le titre de champion de France de Fédérale 1, onze après son dernier titre décroché face au Stade bordelais. Vainqueur dans les arrêts de jeu en demie puis en quart de finale, il a cette fois moins tremblé et a su se montrer patient à défaut d’être flamboyant. Dans une ambiance feutrée que parvenait difficilement à emballer la cinquantaine de spectateurs présents de chaque côté, entouré de nombreux curieux, Lille débutait avec l’avantage du vent. D’entrée, l’ouvreur lillois Florian Romain ouvrait le score sur pénalité (3-0, 2e). Par la suite, les Nordistes ne parvenaient pas à s’appuyer sur le vent ni à concrétiser leur domination en mêlée (trois pénalités récoltées en dix-huit minutes). Les deux équipes mettaient du cœur mais rivalisaient de maladresse. Aix-en-Provence se montrait le plus dangereux avec plusieurs coups de pied dans le dos de la défense. Mais Poujol était trop court (20e) avant de rater la réception du ballon (28e) avec au passage une petite poussette lilloise.

Potente, à quelques centimètres près

Aix-en-Provence égalisait à la demi-heure de jeu grâce à une bonne poussée en mêlée sous les perches avant de prendre le score sur une nouvelle faute adverse après une charge de Havea tout près de marquer l’essai (6-3, 37e). Après l’égalisation lilloise avant la pause, le match se débrida en seconde période. à la reprise, Aix-en-Provence mit la main sur le ballon et les pieds dans le terrain adverse sans concrétiser. Bouillon ratait une pénalité bien placée (43e). Seage ne parvenait pas à capter une passe de Jacquet alors que le chemin de l’essai était ouvert (46e). Dans la foulée, Potente chipait le lancer adverse mais échappait la balle à quelques centimètres de la ligne. Une nouvelle fois, Poujol était devancé sur une passe au pied de Bouillon (50e). Finalement, seule une pénalité de Bouillon récompensait la domination provençale (9-6, 65e). à quatre minutes de la fin, il récidivait, obligeant les Lillois à marquer un essai transformé pour l’emporter. Ils se lançaient sans succès à l’abordage. Romain était poussé en touche (78e), une pénaltouche était perdue près de la ligne aixoise (80e+1) avant une dernière percée improductive de Chkhaidze (80e+3). Lille devra encore attendre pour garnir son armoire à trophée. à Aix, la fête pouvait recommencer !

L’étagère à trophée lilloise restera vide pour cette année encore ; de son côté, Aix-en-Provence remporte le deuxième titre de champion de France de Fédérale 1 après celui de 2004.S. F.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir