• Les cinq dates clés de la saison du champion aixois.
    Les cinq dates clés de la saison du champion aixois.
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Les cinq dates clés de la saison du champion aixois.

Aix-en-Provence a décroché le titre de champion de France de Fédérale 1, hier soir aux dépens de Lille (12-6). La cerise sur le gâteau d’une saison accomplie et maîtrisée quasiment de bout en bout par les Provençaux. Retour sur les cinq dates qui ont amené les hommes de Christian Labit et Franck Comba, au firmament du rugby amateur.

25 octobre 2014 : le jour où Aix s’est affirmé en patron

Invaincu depuis le début de la saison (six victoires en six matchs), Aix-en-Provence passe son premier test à Auch. Un duel au sommet entre deux prétendants au Pro D2, qui va tourner à l’avantage des Provençaux. Les Aixois maîtrisant de bout en bout la partie et se montrant pragmatiques sur la moindre erreur auscitaine. À l’image de ce contre de Driollet sur Lagardère, poursuivi en dribbling et conclu par Naioko. Sylvain Bouillon et Lucas Lévy, auteurs, à eux deux, de dix-sept points (5 pénalités et 1 transformation) parachevant le succès aixois. Un beau symbole, deux ans après un succès dans le Gers (6-9), qui avait permis aux Aixois de se maintenir en Pro D2. Mais surtout grâce à ce succès, Aix-en-Provence s’envole en tête du classement et repousse Auch à huit points. Un écart jamais comblé par les Gersois, avant la fin de la phase régulière.

21 février 2015 : le jour où Aix a coulé

Dans la saison du champion aixois, il y a un avant et un après la venue d’Auch à Maurice-David. Toujours invaincus après quinze journées, les coéquipiers de Sébastien Bisciglia chutent pour la première fois face aux Gersois. Un revers en forme de coup d’arrêt, au terme d’une rencontre disputée dans des conditions climatiques difficiles. Des trombes d’eau s’abattant sur la cité provençale, obligeant les deux équipes à réduire leurs ambitions. Un pari réussi par les Auscitains, vainqueurs au final d’un point (15-16), en ayant inscrit le seul essai du match par Thiéry. Mais le plus marquant est le scénario cruel de la fin de match. Aix-en-Provence, mené tout le match prend l’avantage sur une pénalité de Bouillon (15-13, 81e). Avant d’être crucifié sur une dernière pénalité de Griffoul, sanctionnant la défense aixoise sur une dernière série de pick and go gersoise (15-16, 83e).

4 avril 2015 : le jour de la piqûre de rappel

Un mois après sa défaite face à Auch, Aix-en-Provence chute pour la deuxième fois de la saison à Oloron (33-23). Le final logique d’une rencontre dans laquelle les Aixois ne sont jamais vraiment rentrés, pas remis de l’expérience tentée par leur coach Christian Labit. Celle de partir de Provence, à six heures du matin en bus pour rejoindre Oloron. Soit neuf heures de bus, pour un coup d’envoi à seize heures. Une véritable piqûre de rappel pour le futur champion, que l’on pensait rétabli après un large succès à Blagnac (17-40). Mais dont la faillite face à des Oloronnais, en pleine euphorie va ramener les pieds sur terre. Les joueurs des Pyrénées-Atlantiques inscrivant trois essais en 45 minutes et menant de quatorze points jusqu’à la 50e. L’écart étant ensuite légèrement réduit par un final canon des Aixois, auteurs de deux essais dans la dernière demi-heure. Il s’agira de l’avant-dernier revers des hommes de Christian Labit et Franck Comba, lancés alors vers la montée en Pro D2.

17 mai 2015 : le jour où Aix a fait preuve de caractère

Premiers de leur poule et invaincus depuis leur défaite à domicile contre Auch, les Provencaux arrivent en quart de finale avec le statut de grandissime favori face à Aubenas-Vals. Mais à la surprise générale, les challengers s’imposent 19-17 au match aller, et obligent Aix-en-Provence à gagner de plus de 2 points au retour pour aller chercher une demi-finale. Dans un match serré, durant lequel les premiers de la poule 1 ont vu pendant longtemps la qualification et leurs rêves de Pro D2 leur échapper, la libération est finalement venu d’un essai libérateur du fidjien Vakacegu à la 80e minute. Grâce à lui, Aix-en-Provence s’impose finalement 31 à 24 et décroche se place dans le dernier carré. Il ne leur reste alors qu’une étape à passer avant de retrouver le monde professionnel.

31 mai 2015 : le jour de la montée

Comme en quart de finale, les Aixois arrivent en demi-finale en favoris, Chambéry n’ayant gagné que 13 matchs durant la saison régulière, contre 15 pour Aix-en-Provence. Mais le match aller est le théâtre d’une situation que peu de monde aurait pu prévoir, à savoir la victoire 24-10 des Chambériens face à une équipe d’Aix n’ayant pas réussi à gérer la pression énorme de cette partie. Le denier jour de mai, les Aixois se retrouvent donc contraints de réaliser un exploit monumental au match retour pour aller chercher une finale et une montée en Pro D2. Et cet exploit aura bien lieu. Décomplexés, Aix-en-Provence va tout faire pour remonter les 14 points de retard, et va finalement s’imposer 27-15 devant son public. Une pénalité de Sylvain Bouillon à la 83e minute offrant la qualification aux siens, et accessoirement la montée pour un point sur l’ensemble des deux matchs. C. V. et V. M.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir