Clermont joue la carte fraîcheur

  • Clermont joue la carte fraîcheur
    Clermont joue la carte fraîcheur
Publié le , mis à jour

Les Clermontois se concentrent sur la récupération et le travail vidéo, pour arriver avec un maximum d’énergie au coup d’envoi de la finale.

La qualification tout juste en poche, samedi après la demi-finale gagnée face à Toulouse (18-14), Franck Azéma avait déjà son plan en tête. « Nous n’allons pas inventer notre rugby maintenant, c’est trop tard. Avec l’engagement qu’il y a eu aujourd’hui et le jour de moins de récupération que nous aurons par rapport aux Parisiens, la semaine va se construire surtout autour de la récupération. » Un discours qui a trouvé son expression dans la programme de la semaine concocté par le staff clermontois.

Après une journée de repos et de soins individualisés, dimanche, l’ensemble du groupe professionnel auvergnat s’est retrouvé lundi matin à Royat Tonic, lieu de balnéothérapie dans la banlieue clermontoise où les joueurs de l’ASMCA ont leurs habitudes. Toute la semaine, ce sont des séances de terrain intenses mais particulièrement brèves qui attendent les joueurs auvergnats, largement entrecoupées de soins individualisés pour remettre tout le monde sur pieds et en forme. La fraîcheur emmagasinée doit permettre, samedi, de niveler les valeurs avec des Parisiens qui n’ont connu ni la chaleur suffocante de Bordeaux, samedi à 16 h 30, ni cette campagne européenne si énergivore.

La vidéo va chauffer

Autre aspect majeur de la préparation des Clermontois pour cette finale : le travail vidéo. Une première séance, lundi matin, a mis tout le monde dans le bain. Elle sera suivie de nombreuses autres, cette semaine. Parmi les cibles principales : la mêlée parisienne, sensation de ces phases finales après une saison qui forçait déjà le respect. « S’ils sont en finale, c’est d’abord grâce à leur mêlée. Que ce soit contre le Racing-Metro ou Toulon, c’est la base de leur victoire. Ils sont très intelligents dans ce secteur et il faudra être au moins aussi intelligents qu’eux. Ils se connaissent par cœur, ça se voit à l’image, ce qui leur permet de travailler bien ensemble. C’est du travail pas loin d’être parfait. À ces postes de la mêlée, rien n’est jamais figé. On a livré une belle bataille face à Toulouse mais face à Paris, il y aura encore beaucoup de combat. Si on ne met pas un gros focus sur ce secteur on va se faire bouffer, c’est une certitude », analysait, dès samedi soir, le pilier Raphaël Chaume. La vidéo cette semaine, à Clermont puis au Chambon-sur-Lignon, va tourner à plein.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?