L’esprit U fidèle à la tradition

  • L’esprit U fidèle à la tradition
    L’esprit U fidèle à la tradition
Publié le , mis à jour

La grande fête des finales universitaires a débuté ce jeudi matin à Lormont (banlieue bordelaise), par le tournoi «Ovale U». Une compétition suivie avec grand intérêt par les finalistes de l’après-midi. Certains comme l’INSA Lyon, participant largement à une ambiance digne des matchs de phases finales. Sans oublier la traditionnelle haie d’honneur.

Un public présent, des encouragements nourris avec un peu de «chambrage» pour les adversaires. Le tout, sans oublier les habituelles contestations des décisions arbitrales. Il ne s’agit pas d’un match de phases finales, mais bien des finales universitaires de rugby. «Ça nous fait vraiment plaisir de venir, de rencontrer d’autres équipes et de nous dépasser. Le tout dans une ambiance très sympa» confient Marine et Philippine, joueuses de l’Université Paris-Dauphine. L’aboutissement d’une saison pour venir chercher le saint Graal à Lormont, devenu capitale de l’ovale pour la journée. Mais comme obtenir un titre se mérite, les joueurs ont dû jongler avec la météo. Cette dernière promettant longtemps aux participants du tournoi Ovale U, une averse qui n’est jamais venue. C’est le seul point dommageable de cette matinée rugbystique, placée sous le signe du développement. Car si de nombreux joueurs n’étant pas licenciés de la Fédération Française de Rugby, le jeu proposé a été de qualité. Toutes les équipes n’hésitant pas à jouer de leur en-but, malgré quelques fautes de main. De quoi enflammer les supporters les plus expressifs, à l’image de ceux de l’INSA Lyon. L’équipe qui disputera la finale Grandes Ecoles face à l’INSA Toulouse, venant soutenir ses camarades masculins et féminins engagés ce matin.

De l’engagement mais surtout beaucoup de respect

Des «Tu vas la manquer chat noir» ou «écarte, écarte, vite !» ont ainsi surgi des travées du terrain annexe de Jules-Ladoumègue. Mais bien sûr sans mauvaise intention, si ce n’est celle de «taquiner» gentiment l’adversaire. Sur le terrain, l’ambiance a également conforme aux valeurs de l’ovalie. Quelques gros placages séquençant le rythme plutôt effréné des rencontres. Le tournoi féminin remportant la palme du suspens, les défenses ayant pris le pas sur les attaques. C’est donc les tirs aux buts qui jouaient le rôle du juge de paix. Une conclusion plutôt cruelle de par son scénario, mais véritable piment de cette matinée. A l’image du dénouement du derby entre l’INSA Lyon et l’Université Paris Dauphine, conclu sur un raté et des larmes rhodaniennes. Chez les hommes, le bonheur s’est le plus souvent joué dans le temps réglementaire malgré un niveau très proche. Le tout sans mauvais geste mais avec le plus beau des symboles. Celui d’une haie d’honneur entre vainqueurs et vaincus, tant dans le tournoi masculin que féminin. L’esprit rugby a ainsi trouvé un formidable écho.

C.V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?