Chouly : « On est là, on est chaud »

  • Chouly : « On est là, on est chaud »
    Chouly : « On est là, on est chaud »
Publié le , mis à jour

Très remonté à l’idée de vivre la deuxième finale de sa carrière, Damien Chouly s’attend à un gros affrontement face au Stade français.

Dans quel état d’esprit appréhendez-vous cette finale ?

Comme un match à 21 heures : cela risque donc d’être une très longue journée. Mais on est là. On est chaud.

Pourquoi avez-vous souhaité vous couper du monde, en vous exilant cette semaine au Chambon-sur-Lignon ?

On ne s’est pas coupé du monde. Nous avions simplement décidé de nous retrouver, pour nous resserrer. Ces mini-stages avaient marché, les autres fois…

Est-il vraiment possible de perdre une deuxième finale, cette saison ?

Bien sur que c’est possible ! Eviter une telle chose ne tient qu’à nous. Il faudra donc être irréprochables dans le combat, le jeu au pied, la défense, la discipline. Ca fait beaucoup. Mais c’est ainsi… Si nous ne gagnons pas samedi soir, ce serait indéniablement une saison ratée.

Quel est votre avis sur le Stade français ?

C’est une équipe complète, en pleine confiance et plutôt fraiche en cette fin de saison. Paris est un gros morceau. Je ne suis pas surpris par leur fin de saison. Ils s’appuient sur un effectif et un plan de jeu très riches.

Etes-vous stressé ?

Pas vraiment, même si des finales, on n’en joue pas très souvent. Personnellement, ce sera simplement la deuxième de ma carrière… Une finale, c’est toujours un contexte particulier. L’aboutissement d’une saison, de dix longs mois de travail.

Clermont entretient une drôle de relation avec les finales. Comment abordez-vous cette donnée là ?

On sait que le club a une histoire particulière et mauvaise vis à vis des finales. Mais que faire ? Je n’y peux rien, moi. Le passé ne m’intéresse pas. Ce qui compte, c’est l’affrontement de demain soir.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?