L’histoire d’une résurrection

  • L’histoire d’une résurrection
    L’histoire d’une résurrection
Publié le , mis à jour

De leur dernier titre en 2007, à celui conquis hier soir, à chaque fois face à Clermont, les Parisiens ont connu de nombreuses péripéties. De la faillite du club, au retour de bons résultats, en passant par la reprise du club par Thomas Savare, retour sur les dates clefs du club de la capitale.

24 avril 2010

Le Stade français rate la qualification pour les phases finales du Top 14 pour la première fois depuis sa remontée en Première Division en 1997. Handicapés par les départs, à l’intersaison, de tauliers du titre de 2007, comme Pichot ou Hernadez, les Parisiens terminent à une pâle huitième place, à six points du premier qualifiable.

Mai 2011

La faillite économique fait suite à la faillite sportive. Sportys, la régie publicitaire du Stade français, qui a des parts dans ce club, annonce au président Guazzini qu’elle est en pleine banqueroute. À la fin de la saison, Paris accuse un trou financier de 5 millions d’euros, et son avenir est très compromis.

24 mai 2011

Pour tenter de sauver le club, Bernard Laporte, alors entraîneur du Stade français, crée Rugby Developements. Cette société, censée sauver le club de la faillite, est une association entre l’ancien sélectionneur des Bleus et la Facem, une mystérieuse entreprise canadienne. Mais elle s’avère être une escroquerie, et ne mettra pas un euro dans le projet de redressement du club.

27 juin 2011

Finalement, Thomas Savare, 53e fortune de France, reprend les rênes du club, apporte des garanties financières, et succède à Max Guazzini à la présidence du Stade français. La crédibilité de Bernard Laporte est fortement ébranlée à la suite de cette affaire, et il est écarté du nouveau projet parisien.

7 mai 2012

Après une nouvelle saison sans qualification pour les phases finales du Top 14, le Stade français voit un de ces symboles, Szarzewski, rejoindre le rival parisien du Racing-Metro. C’est un transfert fort, car le capitaine rejoint alors un club en pleine croissance, au détriment du sien, qui est sur la pente descendante depuis le titre de 2007. Le Racing-Metro semble alors être le futur club parisien amené à gagner des titres.

22 mars 2013

Gonzalo Quesada prend la place de Richard Pool-Jones au poste d’entraîneur du Stade français, en raison des mauvais résultats de ce dernier. L’Anglais, n’a pas réussi à ramener le club dans les phases finales du Top 14, finissant à la dixième place pour sa première, et sa dernière, saison passée dans la capitale. Quesada arrive en provenance du Racing-Metro, où le président lui a préféré le duo Travers-Labit.

29 mars 2014

Les Parisiens réalisent une bonne saison et sont premiers du championnat au soir de la dix-septième journée. Mais le Stade français est sorti ce jour-là des six premiers, à la suite d’une défaite face au Racing-Metro à domicile. Ils n’arriveront jamais à y revenir. Cette non-qualification va marquer un coup d’arrêt dans la remontée sportive du club de la capitale.

10 mai 2015

Lors de cette saison 2014-2015, les Parisiens semblent prendre le même chemin que l’année dernière, à savoir un excellent début d’exercice, lors des premières journées, puis une équipe qui s’essouffle et rate les phases finales de peu. Lors du derby parisien face au Racing-Metro, le Stade français n’arrive pas à mettre son jeu en place, et attend le carton rouge de Parisse pour retrouver son vrai visage. Remobilisés par la sévérité de cette décision, les joueurs vont faire preuve de solidarité pour aller chercher une victoire très importante dans la course aux phases finales.

29 mai 2015

Paris retrouve les phases finales du championnat, six ans après les avoir disputées pour la dernière fois. Pour ce match, le Stade français défie de nouveau le Racing-Metro. Qualifiés troisième, les hommes de Quesada reçoivent dans leur antre de Jean-Bouin, et vont s’imposer aisément devant leur public 38-15.

5 juin 2015

À Bordeaux, le Stade français est opposé à Toulon, récent champion d’Europe pour la troisième fois consécutive, et tenant du Bouclier de Brennus. Ce match va confirmer le retour au premier plan sportif des Parisiens, qui vont réaliser un très grand match, notamment en mêlée, pour sortir les Varois 33-16, et s’ouvrir les portes d’une finale qui verra leur couronnement national. V. M.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?