Viars : « Les choix de Franck sont loin d’avoir été cons »

  • Viars : « Les choix de Franck sont loin d’avoir été cons »
    Viars : « Les choix de Franck sont loin d’avoir été cons »
Publié le , mis à jour

Arrière de l’ASM durant sept saisons (entre 1999 et 2006), Sébastien Viars porte son regard d’expert sur la finale du Top 14. Une finale perdue pour la onzième fois en douze finales par les Clermontois. Des Auvergnats cette fois battus par manque de discipline et de réussite au pied.

Quel est votre regard sur cette finale de Top 14 ?

Nous avons assisté à une finale verrouillée par les défenses, avec deux systèmes extrêmement agressifs. Les attaques jouaient ainsi sur le reculoir et étaient en difficulté. Dans ces conditions, la discipline et la réussite des buteurs sont deux domaines primordiaux. Malheureusement pour l’ASM, Morgan Parra manque deux pénalités puis Brock James, celle de l’égalisation. Le Stade Français a été meilleur à ce jeu, chapeau à eux car leur victoire est méritée.

Pourtant et contrairement à certaines finales passées, on a senti les Clermontois. Parfois, même un peu trop…

Il n’y a pas eu round d’observation et dès le début de match, ça tapait fort. Maintenant, l’ASM a été trop indisciplinée et en infériorité numérique, tu laisses beaucoup d’énergie. En face, le Stade Français s’est appuyé sur une mêlée de fou et des leaders comme Steyn, Dupuy ou Parisse qui ont parfaitement rempli leur rôle dans la gestion.

Comprenez-vous le ressenti des supporters clermontois, après cette nouvelle défaite en finale ?

Bien sûr que je les comprends car ils mettent beaucoup d’espoir et de cœur dans ces rendez-vous. Ils ont une relation fusionnelle avec cette équipe, à un point que peu de clubs ont. Et forcément quand il y a beaucoup de sentiments, on est plus sensible au bonheur et à la tristesse. Mais il faut également qu’ils comprennent que si cette défaite leur est douloureuse, elle l’est tout autant pour les joueurs. Tout le monde est dans le même bateau et les joueurs sont autant meurtris d’avoir perdu qu’eux.

Justement, comment l’ASM peut rebondir après ce revers en finale ?

Il faut repartir avec l’idée que la roue peut tourner un jour. Je pense d’ailleurs que c’est le discours que va tenir Franck (Azéma) a la reprise. Ensuite, il faut également mettre encore plus de tout et relativiser car ce n’est avant tout que du sport. On peut ensuite critiquer les joueurs de l’ASM sur certains choix mais on ne peut rien leur enlever sur leur investissement. Ils ont été réguliers et ont donné leur maximum, mais il y a un truc qui bloque.

Vous connaissez Franck Azéma, comment pensez-vous qu’il vit cette situation ?

Franck est un jeune entraîneur mais la saison qu’il a vécue, va le renforcer. Jouer deux finales, c’est déjà une performance au vu de la difficulté du Top 14 et grâce à cette saison, il va acquérir énormément d’expérience. Pour moi, il a la capacité d’amener l’ASM au titre car c’est un grand entraîneur.

L’un des forces des grands entraîneurs est de savoir faire des choix. Que pensez-vous de ceux réaliser par Franck Azéma ?

Franck n’a pas hesité à prendre ses responsabilités. Il a fait des choix drastiques, en évincant des joueurs cadres. Ses choix ont alors pu surprendre mais ils sont loin d’être cons. Peu de monde aurait pu dire avant le match, au vu de la composition de l’ASM qu’ils allaient perdre. Il a essayé de changer les choses mais dans l’esprit du public, celui qui a raison, c’est celui qui gagne. Propos recueillis par C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?