Du changement sur les bancs

  • Du changement sur les bancs Du changement sur les bancs
    Du changement sur les bancs
Publié le , mis à jour

La moitié des clubs du Top 14 va connaître un changement majeur au sein de son staff. Revue d’effectif de ce qui va changer et de ceux qui vont arriver.

Sept sur quatorze. Un club de l’Élite sur deux va changer de tête(s) pensante(s) à l’intersaison. Mais à chacun sa révolution. À Castres, par exemple, elle sera de velours. L’arrivée de Christophe Urios et de ses adjoints Joe El Abd et Frédéric Charrier est actée depuis novembre dernier.

Un mois après l’officialisation de cette nouvelle, l’US Oyonnax avait déjà trouvé le successeur de son grand maître d’œuvre : Olivier Azam, accompagné de Stéphane Glas et de Pascal Peyron. À Toulon, le changement s’est produit en deux temps : si l’annonce, en janvier, de l’arrivée de Diego Dominguez - amené à prendre les rênes à l’été 2016 mais impliqué dès la saison prochaine - avait été murie, le remplacement de Pierre Mignoni par Steeve Meehan a, en revanche, été géré dans l’urgence. Seul l’entraîneur des avants Jacques Delmas verra son rôle inchangé.

Révolution sudiste à Montpellier

Le changement du staff tricolore chamboule aussi

Le Stade toulousain aussi a dû improviser et va connaître une révolution de palais. La nomination de Guy Novès à la tête du XV de France, inenvisageable au début de la saison, a donné lieu au recrutement de Ugo Mola à sa place et à la nomination de Fabien Pelous comme directeur du rugby. Un chamboulement historique pour le club rouge et noir. Le choix du prochain encadrement des Bleus impacte également le Stade français. Jeff Dubois retenu, le champion de France doit trouver sans tarder un nouveau chef d’orchestre pour ses lignes arrière. La solution pourrait se nommer Vincent Etcheto, invité surprise du marché des mutations. Le technicien a en effet été démis de ses fonctions jeudi dernier par son président Laurent Marti. À trois semaines de sa reprise, l’Union Bordeaux-Bègles se retrouve en quête d’un nouvel entraîneur. Devancé par Fabien Pelous à Toulouse, Émile N’Tamack est fortement pressenti. Le dossier devrait se concrétiser dans la semaine.

Une des principales curiosités de cette intersaison viendra de Montpellier. Jake White a mené sa révolution sudiste avec le renfort de Scott Wisemantel, jusque-là en poste à Lyon. Aux côtés de l’ancien sélectionneur des Boks et du technicien australien, Shaun Sowerby continuera d’officier auprès des avants. Avec le départ de Didier Bes à Clermont comme consultant mêlée, le MHR comptera un seul Français dans son encadrement : Abdellatif Benazzi, recruté pour devenir le manager général du club héraultais. En un an, le banc de Montpellier aura été entièrement remanié.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?