Les Barbarians sont arrivés en Argentine

  • Les Barbarians sont arrivés en Argentine
    Les Barbarians sont arrivés en Argentine
Publié le , mis à jour

Partis dimanche soir de Paris, les Barbarians ont atteri ce lundi matin (heure locale) en Argentine où deux rencontres face aux Pumas les attendent.

Il n’en manquait plus qu’un, dimanche soir dans les salons Air France de Roissy Charles-de-Gaulle où le groupe des Barbarians s’était regroupé, avant l’embarquement pour l’Argentine. 26 joueurs donc, ainsi que l’ensemble de la délégation babaas, auxquels devait encore se greffer Benjamin Urdapilleta. L’Oyonnaxien, déjà rentré au pays, a finalement rejoint tout ce beau monde à Buenos Aires ce lundi midi (heure locale) à l’hôtel Emperador.

Tous les autres s’étaient envolés la veille au soir, à 23 h 30 depuis Paris. Avec quelques angoisses de l’avion pour certains et surtout pas mal d’impatience d’y être enfin. Après une nuit passée dans l’avion, la quarantaine de personnes a débarqué ce lundi matin en Argentine, cinq heures de décalage horaire en moins. Avec une petite surprise dès l’aéroport. Dans la queue pour récupérer les bagages, Max Guazzini, récemment élu directeur général du Barbarian Rugby Club, retrouvait la famille de Gonzalo Quesada. Après quelques félicitations échangées et le temps d’une photo de groupe, le père de l’entraîneur parisien récemment titré champion de France quittait la troupe sur ces mots. « Pendant les deux semaines que vous passez à Buenos Aires, sachez que vous avez une famille. Si vous avez besoin de quoique ce soit, c’est la famille Quesada. »

Germain sans valise

Une scène touchante à laquelle ne prêtait guère attention Gaëtan Germain. Malgré l’attente le long des tapis, il n’a jamais vu arriver son bagage. « Ils ne savent même pas où il est, ni même s’il est parti de Paris », regrettait l’arrière briviste, sans en perdre son sourire pour autant. Parti en bus vers l’hôtel « sans aucune autre affaire que ce que j’ai sur moi » l’arrière briviste récupérera, au mieux, sa valise dans les jours à venir. Au pire, il devra trouver sur place de nouveaux équipements avant la rencontre face aux Pumas, samedi à Rosario, ville d’origine d’un certain Lionel Messi.

L’ensemble du groupe Babaas prenait finalement ses quartiers en fin de matinée à l’hôtel Emperador, sur l’Avenida del Liberador qui fait fasse au Rio de la Plata et, au loin, à la capitale uruguayienne Montevideo. Après un premier repas, tout le groupe participera à un premier entraînement très léger, dans l’après-midi pour débuter une semaine où il sera question de découvrir l’Argentine mais, aussi, de jouer un bien mauvais tour aux Pumas.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?