Armand Batlle : « Dans ma tête, c’était soit le Top 14, soit Colomiers »

  • Armand Batlle : « Dans ma tête, c’était soit le Top 14, soit Colomiers »
    Armand Batlle : « Dans ma tête, c’était soit le Top 14, soit Colomiers »
Publié le , mis à jour

Après deux saisons pleines à Colomiers, l’ailier Armand Batlle (13 essais cette saison) a décidé de rejoindre Grenoble. En Isère, le Catalan retrouvera le Top 14 qu’il avait quitté à son départ de Perpignan en 2012. Une opportunité que le joueur ne pouvait pas laisser passer selon ses propres mots.

Comment s’est prise la décision de quitter Colomiers ?

Mes agents ont travaillé pour moi et le FCG les a contactés. J’ai eu Fabrice Landreau au téléphone et cela s’est très bien passé. Il m’a expliqué qu’il me suivait depuis que je jouais à Perpignan. J’étais content que cela se fasse rapidement, il s’agissait même d’un soulagement.

Quelles sont les raisons de ce soulagement ?

Avant l’offre de Grenoble, je ne connaissais pas trop mon avenir. Dans ma tête, les choses étaient cependant claires : c’était soit le Top 14, soit Colomiers. Je n’imaginais pas partir dans un autre club en Pro D2, que l’USC. Dès que l’opportunité s’est présentée, le club a compris que c’était une opportunité que je ne pouvais laisser passer et m’a donc libéré. En plus, au moment de mon départ il ne restait qu’une semaine avant la fin des mutations et je ne voulais pas laisser Colomiers dans l’embarras.

Pourquoi avoir décidé de rejoindre Grenoble ?

Grenoble est une équipe stable ayant pris la mesure du Top 14, depuis plusieurs saisons. Le club est doté d’infrastructures et d’un staff extrêmement professionnel. Après, le FCG a eu un peu de mal en fin de saison mais c’est une équipe qui prône de manière importante le jeu. En rejoignant Grenoble, l’objectif sera de jouer tout simplement pour confirmer mes deux dernières saisons.

Que retiendrez-vous de votre passage à Colomiers ?

Mon passage à Colomiers aura été prolifique pour moi car il m’aura permis de progresser physiquement et mentalement. Mais ici, j’aurais surtout vécu au sein d’un super groupe composé que de bons mecs. J’ai été super bien accueilli par tout le monde et cela a confirmé l’image que j’avais de l’extérieur en arrivant.

La décision de votre départ ayant été assez tardive, vous l’avez annoncé par communiqué de presse. En quoi cela était important pour vous ?

Comme la décision de mon départ a été tardive, je n’ai pas pu remercier les gens de Colomiers. Vous savez, les supporters ne sont pas les plus nombreux mais ils sont toujours fidèles, malgré nos quelques baisses de forme. Ils se déplacent dans tous les stades et pensent d’abord à l’humain avant de penser au sportif. Je les remercie de leur soutien et de leur compréhension.

Enfin, vous allez à Grenoble retrouver un ami en la personne de Gilles Bosch. Quel est votre sentiment ?

Ça va être sympa de retrouver Gilles à Grenoble, car je ne connais personne à Grenoble (rires). Plus sérieusement, nous nous connaissons depuis les catégories de jeunes de l’Usap puisque nous avons fait notre formation ensemble. Nous sommes ensuite partis en même temps de Perpignan, lui à Carcassonne et moi à Colomiers.

Propos receuillis par C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?