En direct d’Argentine : les Barbarians l’ont fait !

  • En direct d’Argentine : les Barbarians l’ont fait !
    En direct d’Argentine : les Barbarians l’ont fait !
Publié le , mis à jour

Largement dominateurs dans le combat, les Barbarians français ont réussi à battre l’Argentine. Une performance à estimer à sa juste valeur.

Les temps changent et les Barbarians, sans perdre cette liberté d’esprit qui les caractérise, s’adaptent aussi. Samedi à Rosario, ils se l’étaient promis. Il y aurait bien la manière, si possible. Mais les Barbarians sont en quête de crédibilité sportive. Alors l’objectif premier, celui auquel rien ne se soustrait, ce serait la victoire. Une promesse qui n’engage que ceux qui y croient. Eux y croyaient dur comme fer, juste avant la rencontre. Dès l’entame, face à la jeunesse argentine aux mensurations déjà démoniaques, l’envie des Barbarians marquait l’adversaire au fer rouge. Un long mouvement, plusieurs temps de jeu et finalement une percée plein champ sur un ballon relevé de Jocelino Suta. Après un relais, Bruni se retrouvait décalé sur l’aile par Ghezal. D’une chistera, il servait finalement Tastet intérieur pour le premier essai du match (7e). Le ton était donné. Pourtant, malgré ce premier mouvement d’envergure, c’est bien dans le combat que les Français prenaient l’avantage face à des Argentins massifs mais moins conquérants. Un premier essai de pénalité sur mêlée puis un groupé-pénétrant donnaient deux essais supplémentaires aux Barbarians, leur laissant une marge de manœuvre à la pause (19-10), malgré l’essai de filou du demi de mêlée argentin Cubelli.

Urdapilleta, bourreau de sa patrie

L’entame de seconde période allait remettre tous les compteurs à zéro. Coup sur coup, Noguera profitait d’un bon travail de son neuf, qui le servait à hauteur, pour plonger dans l’en-but avant que Cordero, sur la vitesse, ne dépose toute l’arrière-garde française pour permettre aux siens de reprendre l’avantage (22-19). Sans s’affoler, les Barbarians remettaient alors la main sur le ballon devant, et imposaient leur domination collective pour mettre les Argentins à la faute. Urdapilleta se chargeait de remettre les deux équipes dos à dos (22-22). L’ouvreur argentin des Barbarians était d’ailleurs le bourreau de sa patrie. Grâce à deux nouvelles pénalités récoltées sur du jeu d’avants, le futur Castrais offrait la victoire aux siens, au terme d’un scénario incroyable. Une performance à ne surtout pas minimiser pour les Baa-Baas. Après une semaine seulement d’entraînements en commun, ils ont réussi là où Saint-André et ses joueurs avaient échoué en 2012 puis en 2014. Respect.

À Rosario (Argentine) - Samedi 15 h 30

Arbitre : M. Gardner (Australie)

5000 spectateurs environs

Evolution du score : 0-5, 3-5, 3-12, 10-12, 10-19 (MT) 17-19, 22-19, 22-22, 22-25, 22-28.

Barbarians > 3E Tastet (7e), de pénalité (27e), Orioli (38e) ; 2T (28e, 38e), 3P (57e, 61e, 70e) Urdapilleta.

Argentine > 3E Cubelli (31e), Noguera (42e), Cordero (45e) ; 2T (32e, 43e), 1P (17e) Socino.

Carton jaune : Postiglioni, 71e.

ARGENTINE 15. Miralles ; 14. Tuculet (23. B. Agulla 61e), 13. Moroni, 12. De la Fuente (22. González Iglesias 52e), 11. Cordero ; 10. Socino, 9. Cubelli (21. Landajo 61e) ; 7. Desio, 8. Macome (25. Isa 48e), 6. Lezana (20. De Chazal 70e) ; 5. Alemanno, 4. Petti ; 3. Tetaz Chaparro (17. Díaz 47e), 2. Cortese (16. Iglesias Valdez 48e), 1. Noguera (19. Postiglioni 61e).

BARBARIANS 15. Germain ; 14. Jané (24. Tian 61e), 13. Chavancy, 12. Rey, 11. Lapeyre ; 10. Urdapilleta (23. Bosch, 73e), 9. Adams (cap.) (22. Fillol 66e) ; 7. Ghezal, 8. Bruni (20. Guyot 63e), 6. Tastet ; 5. Suta (19. Mela 18e-32e), 4. Lassalle (19.Mela 52se) ; 3. Desmaison (18. Poux MT), 2. Orioli (16. Mach 48e), 1. Pointud (17. Tichit 48e).

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?