Jean-Claude Skrela: «L’objectif sera une médaille à Rio»

  • Jean-Claude Skrela: «L’objectif sera une médaille à Rio»
    Jean-Claude Skrela: «L’objectif sera une médaille à Rio»
Publié le , mis à jour

Le manager de l’équipe de France à VII, Jean-Claude Skrela a vécu la qualification de l’équipe féminine pour les Jeux de Rio, ce dimanche. Une première étape avant la possible qualification dans trois semaines, des garçons à Exeter.

Quel est votre sentiment après la qualification de l’équipe féminine pour les Jeux de Rio ?

C’est génial car pour la première fois, le rugby sera présent aux jeux Olympiques et que la France y sera représentée. Les filles ont fait preuve d’un mental et d’une constance exceptionnelle. Elles ont été tout au long de la saison, dans les quatre premières sur le circuit mondial avant d’en sortir sur le dernier tournoi. Il a alors fallu qu’elles aillent chercher la qualification par le circuit européen et elles l’ont fait.

On vous sent extrêmement fier, en tant que manager de l’équipe de France à VII. Cette qualification est un peu la vôtre aussi ?

Je félicite avant tout le staff et David Courteix qui ont fait un gros boulot pour aller chercher cette qualification. C’est également la marque du travail de la Fédération, on a construit un projet autour du VII et on obtient aujourd’hui, les premiers résultats. Enfin, il ne faut pas oublier de saluer les filles qui ont joué pendant toute l’année, avec pour certaines la Coupe du monde. Cela a été compliqué mentalement mais elles n’ont rien lâché et sont allées chercher leur qualification. Elles ont maintenant un an pour se préparer.

Quel sera l’objectif de l’équipe de France féminine à Rio ?

L’objectif à Rio sera bien sûr une médaille car tout compétiteur joue une compétition pour la gagner. Maintenant, je ne souhaite pas que les filles y pensent. Je veux avant tout qu’elles passent une très grande soirée entre elles, avec leurs amis, leurs copains et qu’elles réalisent demain au réveil qu’elles ont fait quelque chose de grand.

Aviez-vous prévu ce scénario, pour la deuxième étape du circuit européen ?

On ne peut rien prévoir à l’avance, mais on savait qu’en jouant à la maison, un coup était possible. En demi-finale, les filles ont réalisé quelque chose de grand face aux Russes. Elles ont ensuite fait un très bon match face aux Espagnoles qui ne leur ont cependant pas posé de gros problèmes. Cependant, il n’y avait pas le choix car passer par une troisième voie de qualification aurait été difficile psychologiquement.

Dans trois semaines, l’équipe de France à VII masculine disputera son dernier tournoi à Exeter. Au terme de cette étape, les Bleus pourraient être qualifiés. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est un rêve. On a un peu d’avance, mais il ne faut pas se démobiliser. Les joueurs ont déjà fait les deux tiers du chemin, il ne reste plus qu’à conclure. Maintenant, on joue les 11 et 12 juillet, j’espère donc qu’on ne paiera pas les pots cassés. Certains joueurs rentreront juste de vacances ou seront en pleine préparation avec leurs clubs. C’est pour cela qu’ils ont bénéficié d’une semaine de repos après l’étape de Lyon. Après, ils sont parfaitement conscients de cette situation, ils font beaucoup de récupération et sont très calmes.

Comment abordez-vous cette dernière étape du circuit européen ? Six points d’avance est-ce suffisant ?

C’est sûr que je préfère avoir six points d’avance que six points de retard, il s’agit d’une position plus confortable. Cependant, nous n’avons pas intérêt à nous démobiliser car cette marge est infime. Il ne faut pas galvauder le travail effectué sur les deux précédents tournois. On a deux semaines pour se préparer à aller chercher la qualification.

Quatre joueurs du Top 14 étaient présents lors des deux premières étapes. Qu’en sera-t-il à Exeter ?

Les deux joueurs du Castres olympique, Rémy Grosso et Romain Martial seront là. Ils sont repartis très fiers de Lyon et avaient envie d’aller chercher cette qualification. Je remercie d’ailleurs le CO, d’avoir permis leur présence. Fulgence Ouedraogo sera lui laissé à disposition de l’équipe de France à XV, pour la préparation de la coupe du Monde. Enfin, le retour de Virimi Vakatawa fait qu’il sera difficile de reprendre Marvin O’Connor. Je l’ai annoncé à Marvin à Lyon.

Comment se passe leur intégration au sein du groupe ?

Ils sont vraiment bien intégrés au sein du groupe, avec un super état d’esprit. Ils sont venus une semaine avant le début du circuit européen, pour venir s’entraîner avec nous et prendre leurs repères. Bien sûr, il y a encore quelques petites erreurs mais ils ont su élever leur niveau de jeu et avec leurs qualités, ça se compense largement. Propos recueillis par C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?