Le réalisme strasbourgeois

  • Le réalisme strasbourgeois
    Le réalisme strasbourgeois
Publié le , mis à jour

Strasbourg a confirmé son statut de favoris en s’imposant tout en puissance en finale contre Lavaur.

Pendant trente minutes, Lavaur occupait le terrain et dominait, légèrement, en conquête, suffisant pour mettre l’ailier, Delbos, en bonne position, pour marquer trois pénalités (13e, 22e, 30e). Problème, Strasbourg était plus puissant, plus réaliste surtout. Sur leur premier ballon d’attaque, il marquait entre les perches par leur ailier, Zambrelli, bien servi par son homologue, Naisilisili,...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?