Jean-Pierre Leblon: «Ce problème financier est un mal pour un bien»

  • Jean-Pierre Leblon: «Ce problème financier est un mal pour un bien»
    Jean-Pierre Leblon: «Ce problème financier est un mal pour un bien»
Publié le , mis à jour

Le président de l’association du LMR, Jean-Pierre Leblon, revient sur le refus de la montée en Pro D2 de Lille, et dresse le plan d’action de son club

Vous attendiez-vous à cette décision ?

Avant vendredi soir, non. On avait fait un audit du club, et on ne pensait pas ça. Maintenant, on a pris acte de la décision de la DNACG, et on a réagi. Nous allons faire appel. Aujourd’hui, on est très confiant sur notre possibilité de jouer en Pro D2 l’année prochaine. Je pense que l’on aura aucun souci à trouver le complément d’argent qu’il nous manque.

On annonce que vous auriez 800 000 euros de dette. Est-ce bien cela ?

Ce n’est pas loin de la vérité. On peut toujours discuter du montant en fonction du calcul effectué par la DNACG. Mais d’ici quelques jours on sera en mesure d’assurer la montée en Pro D2 financièrement.

Comment allez-vous faire pour récolter cet argent ?

Il y a une mobilisation énorme autour de nous. Très honnêtement, je pense que ce problème financier est un mal pour un bien. J’ai d’ailleurs du mal à répondre à tous les messages de soutien que je reçois. Cela va être bénéfique pour le club.

Comprenez-vous cette décision de vous refuser la montée en Pro D2 ?

Encore une fois, on peut contester quelques chiffres, mais on ne s’est pas encore retranché derrière cela. Cela ne sert à rien vu que le contrôleur de la DNACG est venu chez nous, et a constaté cela. Autant prendre acte et regarder après si cela est vérifié ou non. Mais encore une fois, je tiens à souligner que ce soutien derrière nous est incroyable, que ce soit de la part des politiques, des entreprises, ou des particuliers.

Comment expliquez-vous que vous vous retrouviez dans cette situation ?

C’est une explication que je vais demander au contrôleur de la DNACG, parce qu’au début de saison, on a fait un audit, et il n’avait pas ressorti ce problème. On savait que cette année on avait perdu un peu d’argent, mais on a été un peu surpris du montant annoncé du déficit. Après, il n’est pas impossible que les dirigeants précédents aient annoncé des mauvais chiffres, mais ce n’est pas mon combat aujourd’hui. Le mien, c’est qu’il faut faire face à cette situation. Propos recueillis par V. M.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?