Les joueurs qui ont marqué la finale

  • Les joueurs qui ont marqué la finale
    Les joueurs qui ont marqué la finale
Publié le , mis à jour

Héros bénis ou maudits, ils ont, chacun à leur manière, marqué cette finale du 24 juin 1995. Petit tour d’horizon des protagonistes springboks et all blacks de cette rencontre entrée dans la légende.

Joel Stransky

Un drop pour l’éternité ! Joel Stransky avait offert au bout du suspense le titre mondial à l’Afrique du Sud pour sa première participation à la Coupe du monde en 1995. Servi idéalement par Joost Van der Westhuizen à la sortie d’une mêlée, il avait claqué le drop de la victoire au cours de la deuxième mi-temps des prolongations. Ce geste d’une précision chirurgicale l’avait propulsé au rang de héros national tout comme un Zinedine Zidane au soir du 4 juillet 1998. Au cours de cette finale, l’ancien ouvreur de Cahors n’avait pas cherché à épater la galerie. Judicieux dans ses choix, Stransky avait profité de la domination écrasante de son pack pour inscrire les 15 points de son équipe et se montrer d’une efficacité redoutable.

François Pienaar

Il portait en lui les espoirs de toute une nation. Là où d’autres joueurs auraient flanché sous le poids des attentes, François Pienaar s’était servi de cette pression pour se sublimer et transcender ses partenaires. Suivi comme son ombre par son frère d’armes Ruben Kruger, il avait ouvert la voie au triomphe des Boks. Le formidable guide des Springboks avait frisé ce jour-là la perfection en termes de production défensive face aux All Blacks. Son pressing tout terrain associé à sa qualité de plaquages et de placement avaient énormément contribué à tuer dans l’œuf toute velléité des Kiwis.

Joost Van der Westhuizen

Derrière un pack conquérant, il avait rendu une partition parfaite. Joost Van der Westhuizen n’avait à aucun moment chercher à surjouer et à forcer la donne. Toujours judicieux dans ses options de jeu, il s’était aussi montré d’une remarquable efficacité en défense. Son plaquage tranchant avait stoppé Jonah Lomu dans son élan, filant tout droit à l’essai. En fin de match, le teigneux demi de mêlée des Springboks avait mis toute sa rage pour monter comme un obus sur Andrew Mehrtens et le pousser à la faute.

Ian Jones

Au sein d’une phalange noire dominée, Ian Jones avait pourtant réussi à tirer son épingle du jeu. Le grand échalas de Whangarei s’était montré plutôt méritant dans le combat au près. Le deuxième ligne néo-zélandais n’avait également rien laissé passer en touche et sur les renvois, abreuvant ses trois-quarts de bons ballons d’attaque.

Jonah Lomu

Surveillé de près par son garde du corps James Small, Jonah Lomu n’est jamais parvenu à prendre la défense des Boks à revers. Pourtant, la montagne noire ne s’est pas montrée avare de charges ni de courses. Mais à l’image d’un Small en transe, la défense sud-africaine a tenu bon. Chacun des assauts de Lomu repoussé a été salué de rugissements de plaisir poussés par tout un peuple

Andrew Mehrtens

Il est très certainement celui qui est le plus passé à côté de l’événement. Pourtant grande révélation de ce Mondial 1995, Andrew Mehrtens a perdu tous ses moyens le jour de la finale. Avec sa coupe au bol, il faisait figure de premier communiant. Le jeune ouvreur du Canterbury n’a jamais pesé sur le jeu collectif de son équipe. Son pied s’est aussi totalement dérobé. Mehrtens a laissé pas moins de 2 pénalités et 4 drops en route, soit un total de 18 points. Son plus gros raté est intervenu à la 78e minute. Chassé par Joost van der Westhuizen, il a loupé le drop du titre des 25 mètres en face des poteaux.

Jérôme Fredon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?