Georges Duzan :«Éviter les groupes de la mort»

  • Georges Duzan :«Éviter les groupes de la mort»
    Georges Duzan :«Éviter les groupes de la mort»
Publié le , mis à jour

Responsable du rugby amateur, Georges Duzan explique le pourquoi du comment de la réforme de Fédérale 1.

À ce jour, Lille n’est pas certain de jouer en Pro D2 et Dax pourrait être reversé en Fédérale 1… Quand publierez-vous les poules du rugby fédéral, au juste ?

Pour l’instant, nous ne pouvons décider de rien. Ce week-end, je présenterai donc six hypothèses de poules au congrès de la FFR, à Belfort. Que voulez-vous que j’y fasse ? Nous n’avons jamais été confrontés à ce genre de situation. Encore une fois, l’argent est le nerf de la guerre, le nœud de tous nos problèmes. Et c’est pénible…

Pouvez-vous expliquer en quelques lignes la réforme touchant la division de Fédérale 1 ?

Il ne faut pas être supérieurement intelligent pour se rendre compte qu’aujourd’hui, les plus gros budgets possèdent aussi les meilleures équipes. Cette année, douze clubs vont donc se porter candidats à l’accession en Pro D2 et nous les évaluerons, au fil de la saison, pour savoir s’ils remplissent vraiment le cahier des charges de la division professionnelle. Cela nous évitera toute mauvaise surprise au dernier moment, comme ce fut le cas avec Lille cette saison… Mais attention : si un de ces douze clubs veut monter en Pro D2, il devra d’abord se le gagner sur le terrain !

Comment ces douze clubs seront-ils répartis, en Fédérale 1 ?

Dax, Angoulême-Soyaux et Romans-sur-Isère seront dans la poule 1. Massy, Aubenas-Vals et Bourg-en-Bresse seront placés dans la poule 2. Nevers, Auch et Chalon-sur-Saône seront dans la poule 3. Chambéry, Vannes et le ROC (La Voulte et Valence) se retrouveront quant à eux en poule 4. Ceci est immuable et correspond au mode de répartition dit du « serpentin », qui suit le classement de l’année précédente. Chacune de ces quatre poules recevra aussi le renfort de deux promus de Fédérale 2 (huit promus au total, N.D.L.R.) afin d’équilibrer au maximum l’ensemble de la division. Jusqu’à présent, les poules étaient géographiques. Il y en avait des faibles, des fortes, des très faibles et des très fortes.

Quel est le but ?

Nous ne voulons pas d’un championnat à deux vitesses. Nous voulons aussi éviter que les gros ne s’entre-tuent au sein d’un seul et même groupe de la mort, comme ce fut le cas voici deux saisons, quand Massy, Lille et Nevers cohabitaient dans un même groupe.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?