Une Fédérale 1 à deux têtes

  • Une Fédérale 1 à deux têtes
    Une Fédérale 1 à deux têtes
Publié le , mis à jour

Dès la saison prochaine, l’élite du championnat amateur comprendra deux phases finales cloisonnées. Décryptage.

Une petite révolution ! L’énorme disparité existant depuis maintenant plusieurs saisons en Fédérale 1 sera actée à partir de 2015-2016 avec la création d’un championnat variable selon les ambitions de chacun. La première phase de la compétition demeurera inchangée avec quatre poules de dix et toujours deux descentes. En revanche, ce qui change c’est l’apparition d’une seconde partie de saison à deux vitesses avec des phases finales séparées. La première concernera pas plus de six formations en course pour la montée en Pro D2. La seconde restera à seize équipes avec à la clé le titre de champion de France de Fédérale 1.

Une première dans l’histoire presque centenaire de la FFR. Pourtant la Fédération française avait déjà fait preuve de pas mal d’inventivité pour nous pondre des formules de championnats aussi alambiquées les unes que les autres.

« Cette formule aura le mérite de ménager la chèvre et le chou, nous confiait ainsi Serge Gros membre de la commission des clubs de Fédérale à la FFR. Chaque club fera en fonction de ses possibilités. »

Trois semaines de plus pour recruter

Pour accéder à la classe premium, les clubs devront d’abord en faire la demande auprès de la FFR et remplir ensuite tout un tas de critères sportifs, structurels financiers et administratifs. Les clubs candidats devront aussi impérativement terminer aux quatre premières places de leur poule.

« Dans ce cahier des charges, on ne fait finalement que décliner ce que réclame la LNR, concède le vice-président de la Fédération en charge des épreuves, Georges Duzan. Ceux qui ne rempliraient pas ces critères n’auraient finalement rien à faire en Pro D2. Je pourrais vous citer l’exemple d’une dizaine de clubs qui se sont brûlé les ailes en Pro D2 et ont eu par la suite toutes les peines du monde à s’en remettre. »

Les six candidats retenus pour le passage chez les pros disputeront ensuite une phase finale sur trois dates. Cette formule allégée permettra ainsi aux heureux élus de terminer la compétition plus tôt et disposer de trois semaines supplémentaires pour recruter.

Jérôme Fredon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?