Les supporters en complet désaccord

  • Les supporters en complet désaccord
    Les supporters en complet désaccord
Publié le , mis à jour

Mathieu Quesada est président du Kommando Biarrot. Jacques Noble est son égale mais au sein de la Peña baiona, alors sur le papier, tout les oppose. Mais dans un moment comme celui-ci l’identité de leurs clubs pourrait les rassembler ? Il semblerait que non.

Vous êtes plutôt pour ou contre la fusion ?

Mathieu Quesada Sur le principe je suis pour, tout le monde a à y gagner. Malheureusement, vu comment ça se passe, entre la démission de Serge Blanco, les votes pas valables, et le manque de communication en général, on est déçu. L’idée est bonne, mais ça manque de précision, pour nous les supporters. Par exemple, on n’a eu qu’une seule réunion pour nous expliquer la situation et le projet.

Jacques Noble Je suis contre. Sans hésitation ! On supporte un club et on veut qu’il perdure. Je préfère voir l’Aviron bayonnais descendre que fusionner. Je veux voir les Bleu et Blanc sur le terrain, rien d’autre. Même si les années à venir s’annoncent difficiles, je veux voir mon équipe sur le terrain.

Le président du Stade hendayais, Jean-Pierre Beaucoueste, pense que « si on veut continuer à voir du rugby pro dans le coin, la fusion des deux clubs semble inévitable ». Qu’en pensez-vous ?

MQ C’est vrai. Sans la fusion, le rugby professionnel dans le Pays basque mourra petit à petit… Ce serait la suite logique. Il ne faut pas avoir peur de la fusion mais il faut qu’elle soit faite en bon et due forme, en respectant les intérêts et l’identité des deux clubs. Pour les couleurs ? Le drapeau basque est parfait (rires : ce sont déjà les couleurs du Biarritz olympique). Le nom ? Je pense que le « club basque » serait le plus adapté. Le président ? Une coprésidence entre un ancien Biarrot et un ancien Bayonnais serait l’idéale, le plus important est de respecter l’équité.

JN Une fusion entre Bayonne et Biarritz ne rime à rien. On parle de « club basque » mais on ne voudrait faire fusionner que deux clubs, c’est ridicule. On a un gros potentiel sur la Côte basque, alors ils veulent en profiter, ça se comprend. Mais quand on fait attention on se rend compte que ce sont plutôt les Biarrots qui défendent la fusion, c’est normal vu leur situation actuelle. Mais quoi qu’il arrive, je ne peux pas imaginer qu’elle intervienne. Je préfère supporter mon club en amateur que de le voir survivre en pro avec une fusion qui comprendrait les Biarrots.

Que pourrait apporter la fusion ?

MQ De la stabilité économique, sinon les deux clubs vont droit dans le mur. Mais on pourrait également mener un projet avec la formation. Il serait intéressant de créer une structure pour permettre à nos jeunes d’évoluer. Le vivier basque est énorme, il faut en profiter.

JN Rien de bon. Le projet a été mené à la va-vite. Rien n’est concret, il y a trop de zones d’ombre. Et même s’il se réalisait, il n’apporterait aucune garantie. Je ne vois vraiment pas à quoi sert cette fusion. Personnellement, j’en veux à Manu Mérin. On lui a fait confiance et on pensait qu’il allait se battre pour l’identité bayonnaise. Même s’il ne le voit pas comme ça, il nous a trahis. On veut d’un président qui défende les intérêts de l’Aviron. Ce n’a pas été le cas, c’est une immense trahison de sa part.

Et vous seriez prêts à supporter le « club basque », composé de Biarrots et de Bayonnais ?

MQ Les mecs manifestent bien ensemble contre la fusion, c’est bien preuve d’une certaine entente… Alors je ne vois pas pourquoi on n’arriverait pas à s’entendre si un jour on doit supporter le même club (rires). Après il faut que chacun y mette du sien, mais je pense que les Biarrots, nous ne sommes pas fermés à la discussion.

JN Jamais de la vie. Je suis amoureux de ce club, alors s’il le faut, je continuerai à supporter la partie amateur et notamment les jeunes. Mais pour la une je ne serais plus fervent. Je continuerai à aller aux matchs à Jean-Dauger, mais j’irais plus en tant que spectateurs, je ne pourrais plus être le fervent supporter que j’ai toujours été. Et je sais que 80 % de nos adhérents feraient de même, alors cette fusion n’a aucune crédibilité à mon goût. Propos recueillis par P. I.-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?