• Nager en plein rêve
    Nager en plein rêve
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Nager en plein rêve

Le club mauve et noir a écrit une nouvelle page de son histoire en réalisant une double montée.

Quand on sait que l’objectif de début de saison de l’USI était de se maintenir, on ne peut s’empêcher de penser que l’ambition a dépassé l’intention. Terminant quatrièmes de leur poule, c’est contre les Corréziens d’Ussel que les Auvergnats ont réussi l’inimaginable, l’accession en Fédérale 2. Ce club modeste, qui, quelques mois auparavant, évoluait encore en Honneur, a su tirer profit de son étiquette de promu, enchaînant surprise après surprise. Bizarrement, cette image de Petit Poucet aura propulsé Issoire vers la lumière pour le plus grand bonheur de la cité de saint Austremoine. Les Issoiriens et leur envie féroce ont toujours revêtu le maillot mauve et noir dans le but de salir le plus possible les parties immaculées. Battants et pragmatiques, ils ont su trouver des solutions où d’autres ont souvent échoué. Notamment grâce à leur défense qui est la meilleure du championnat mais aussi par une cohésion semblable à celle d’une famille drôlement nombreuse. L’entraîneur Franck Théron ne dément pas : « Nous sommes tous liés. Plusieurs déplacements au cours de la saison ont énormément rapproché les joueurs. C’est une immense satisfaction d’en être arrivé là. »

Des étoiles plein les yeux et des rêves plein la tête, les hommes du président Claude Pojolat, pris à la chasse au succès, auraient pu envisager une apothéose ambitieuse mais pas impossible, le titre national. Malheureusement, la réussite et une pointe de chance étaient du côté du Lévézou-Séguéla ce 7 juin à Arpajon-sur-Cère. Auteurs d’une première mi-temps pourtant conséquente, les Auvergnats se sont montrés trop indisciplinés, permettant à la botte de Rigal de creuser l’écart de point. Un clap de fin décevant pour un groupe qui, en constante progression, à l’image de leurs deux montées consécutives, voulait impressionner sans limite. Les Issoiriens se consoleront cependant, avec l’image d’une saison exemplaire, parsemée de sensations. Et quelle sensation de se hisser une nouvelle fois au palier supérieur !

Phare rugbystique

Ce club, qui possède d’étroits liens avec l’ASMCA, est une véritable icône dans le monde du rugby auvergnat. Vieux de 105 ans, sa réputation n’est plus à faire. Des joueurs comme Bernard Goutta et Christophe Samson ont même porté les couleurs issoiriennes durant leur jeunesse. Ces derniers se rendent d’ailleurs régulièrement au club qu’ils ont tant affectionné.

Au-delà de ces figures du rugby qui ont frôlé sa pelouse, Issoire possède bien d’autres atouts. L’un d’eux est l’ambition.

Sa double montée n’était pas un hasard quand on sait que ce club s’est donné les moyens de voir grand. Le premier week-end de septembre, les joueurs de Franck Théron se sont envolés vers l’Irlande pour un stage de quatre jours durant lesquels ils ont affronté leur équivalent de la province de Leinster. Pas vraiment commun pour la Fédérale 3 : « Ce stage est probablement à l’origine de notre réussite. Il nous a fait prendre conscience de nos qualités, a créé des liens forts entre les joueurs et, par-dessus tout, nous a donné confiance. » Le club invaincu à domicile depuis deux ans espère garder sa fierté et son identité au prochain exercice. F. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir