Projet de Chaban-Delmas: rien avant 2018

  • Projet de Chaban-Delmas: rien avant 2018
    Projet de Chaban-Delmas: rien avant 2018
Publié le , mis à jour

Alain Juppé est venu présenter le projet d’aménagement de Chaban-Delmas aux riverains. Il a laissé entendre que le stade serait « préservé » et que rien ne bougera avant trois ans.

Que va devenir le stade Chaban-Delmas et ses 34 000 places ? On sait que l’UBB en fera dorénavant son fief quasi exclusif depuis que les Girondins de Bordeaux ont élu domicile au nouveau stade de Bordeaux-Lac. Mais la municipalité a toujours dit qu’elle ferait des aménagements sur le site de Chaban-Delmas (ex-Parc Lescure), un édifice inauguré en 1938 en vue de la Coupe du monde de foot. On connaît déjà le projet qui a été retenu parmi les quatre candidatures, c’est celui de l’architecte Pierre Ferret, allié au promoteur Vinci.

Et des logements

Pour l’UBB, l’enjeu sera de ne pas voir la capacité du stade entamée. Le chiffre de 10 000 places en moins a même circulé. « J’espère que nous ne serons pas la première ville du monde à dépenser de l’argent pour réduire un stade », a confié Laurent Marti dans les colonnes de Midi Olympique en rappelant que l’UBB réalise quand même 28 000 spectateurs de moyenne à Chaban-Delmas. Les détails du projet ne sont pas encore connus avec précision. On en connaît que les contours et Alain Juppé en personne est venu les expliquer aux riverains du quartier dans une ambiance plus houleuse que prévue. Les habitants de Lescure craignent que les installations sportives ouvertes au grand public (terrains de basket, courts de tennis, piste d’athlétisme, gymnase) soient remplacées par des barres d’immeubles de 400 logements. Alain Juppé a tenté de les rassurer : « Quatre propositions ont été présentées à la ville après un appel à projets. Trois ont été rejetées, une seule retenue, qui préservait le stade, maintenait les équipements sportifs et dégageait un espace rue Albert-Thomas pour créer quelques logements, en déplaçant de l’autre côté de la rue le gymnase. »

Pour l’UBB, l’expression « stade préservé » semble aller dans le bon sens. Mais devant la colère de la salle qui lui demandait des comptes de plus en plus vivement sur la question du nombre de logements - certains demandaient même de voir les plans séance tenante - Alain Juppé a voulu se faire rassurant : « Nous sommes en phase de validation. Nous mettrons en place un comité de pilotage. Il ne se passera rien avant trois ans. » Trois ans, ça laisse le temps à l’UBB de voir venir ce projet avec quelque part la menace de se voir obligée de se déporter de plus en plus souvent à Bordeaux-Lac, une enceinte plus grande (42 000 places) mais qu’il faut louer à un prix qui n’a rien d’amical.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?