• Fédérale 3 : 80 minutes pour un titre
    Fédérale 3 : 80 minutes pour un titre
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Fédérale 3 : 80 minutes pour un titre

A 15 heures ce dimanche, au stade Louis-Darragon de Vichy, débutera la finale de Fédérale 3, entre Chartres et Annecy. L’occasion pour Chartres de décrocher le premier titre de son histoire, tandis qu’Annecy effacerait de la plus belle des manières, la saison dernière.

Programmée la semaine dernière dans un premier temps, la finale de Fédérale 3 a finalement été reportée à aujourd’hui. La raison ? Un quiproquo autour de la demi-finale entre Annecy et les Landais de Peyrehorade. Battus lors de la première opposition entre les deux clubs (17-15), les Annéciens avaient porté réclamation. Les Haut-Savoyards reprochant à l’arbitre et au directeur de match, d’avoir fait jouer une mêlée simulée alors qu’un pilier de Peyrehorade, aurait pu la disputer. Une requête validée par les instances fédérales qui avaient demandé à rejouer la rencontre, les Annéciens n’ayant pu pleinement disputer leurs chances. Dimanche dernier, le deuxième acte de l’opposition entre Haut-Savoyards et Landais s’est déroulé. Une rencontre ayant finalement vu la qualification des Annéciens pour quatre points (16-12), grâce notamment à un essai de l’arrière Sudan. Cette issue avait forcément scandalisé le club de Peyrehorade, qui avait souhaité à son tour porter réclamation. Or, ce sont bel et bien les Annéciens qui disputeront la finale contre Chartres, ce dimanche à Vichy. Un report non sans conséquence pour Chartres, qualifié depuis quinze jours, après sa victoire face au Lévézou-Ségala (31-22). Les Chartrains étant ce dimanche, privés d’un tiers de leurs titulaires pour cause de sélections ou de vacances non décalables.

Une histoire à écrire

Si les deux équipes ont déjà validé leur ticket pour la Fédérale 2, c’est un tout autre enjeu qui régnera autour de cette rencontre. Le président de Peyrehorade expliquant (au lendemain de la demie rejouée qui éliminait ses protégés N.D.L.R.) « qu’on privait vingt-deux gamins de disputer un titre que certains n’auront sûrement jamais la chance de rejouer. » Preuve de l’importance et de la chance que revêt la possibilité de disputer une finale. Décrocher un titre étant toujours un moment inoubliable dans l’histoire d’un club, mais aussi dans la carrière d’un joueur. Du côté d’Annecy, ce titre serait perçu comme une revanche. Le club haut-savoyard ayant été relégué sportivement et administrativement à l’issue de la saison dernière. Au contraire, ce serait une première pour Chartres dont le palmarès sur la scène nationale est toujours vierge. « Chartres avait disputé une finale de quatrième série en 1968, mais malheureusement nous avions perdu 6-5 contre Captieux. Une victoire dimanche serait donc historique » confie le président du club chartrain, Jean-Marie Biège. P.I-R

Les groupes des deux équipes :

Annecy : Sudan, Forge, Gidel, Charvat, Monvigier, Vigne, Cuzzit (cap.), Baurès, Cochet, Donze, Decarre, Cabaret, Bettayeb, Golaz, Beorchia, Vasseur, Lebert, Avettand, Sylvestre, Artaz, Oriez, Fumex, Gidel.

Chartres : Albericci, Thibault, Lasdica, Naso, Thieffry, Baron, Dautencourt, Loir, Louvet, Pascal, Godenaire, Segaud, Elleaume, Bernardo, Coulais, Masi, Wierzba, Sejor, Binois, Gaudron, Chesneau, Sakvarelidz, Tinlot.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir