• D’une pierre deux passes
    D’une pierre deux passes
Publié le / Modifié le
Compétitions

D’une pierre deux passes

Le club francilien a su dynamiser sa saison en décrochant une place en quart de finale du Championnat de France.

L’Olympique columérien évolue en Première Série, au sein du comité Ile-de-France. Au cours des phases finales territoriales et nationales, les Rouge et Vert auront marqué 193 points en cinq matchs, sans jamais, pourtant, atteindre une finale. Une équipe qui n’hésite pas à produire du jeu, preuve en est les dix essais marqués contre Tourcoing en seizième de finale du championnat de France.

Fort d’un paquet d’avants qui n’hésite pas à pilonner et multiplier les phases de rucks pour laisser de l’espace aux trois-quarts, le club seine-et-marnais s’appuie sur de deux nouveaux entraîneurs pour bâtir son succès. « Ils ont su recadrer les joueurs, confie le président Regini Benoist. Maintenant, chacun connaît son travail et celui des autres. On arrive à créer des trous, faire des points de fixations pour que nos arrières finissent dans l’en-but. » Tâche non des plus aisées quand le groupe ne s’entraîne que deux fois par semaines.

Néanmoins, ce sont des bases sur lesquelles le club compte bien s’appuyer pour la saison prochaine au cours de laquelle une montée en Promotion Honneur est désirée. « Cette saison déjà, on visait une montée. ce fut une grande déception de ne pas l’atteindre. Mais je reste très fier de cette équipe. L’an dernier, on jouait le maintien et, un an plus tard, on se bat pour accéder au niveau supérieur ! », souligne Regini Benoist. Une saison à préparer avec sept nouveaux joueurs, dont cinq sont issus du centre de formation, et aucun départ. Cette saison supplémentaire en Première Série n’a, en effet, pas effrayé les joueurs qui resteront fidèles à leurs couleurs.

« Les moyens de monter »

« Les équipes qui descendent seront sûrement les plus dangereuses, surtout si elles gardent leurs effectifs mais nous n’avons pas peurs », prévient le président. Une affirmation, au vu de la saison passée, qui peut être nuancée. Bien que les Columériens aient réussi à battre, en huitièmes de finale du championnat de France, leur bête noire de Créteil-Choisy-le-Roi (seule équipe à l’avoir emporté au Parc des Capucins), le club a encore un peu de mal avec la pression. « On se débrouille mieux en championnat de France car la pression est moindre. L’équipe était plus libérée, nous avons pu assister à des matchs aboutis. C’était que du plaisir ! Alors que lors du championnat Ile-de-France, il y avait le poids de la montée, sans compter qu’on était l’équipe à abattre ayant été numéro un de la poule pendant une majeure partie de la saison. »

Apprendre à gérer la pression, serait-ce la clé pour cette équipe ? Dans des phases finales nationales dont l’enjeu est d’aller le plus loin possible et où une élimination n’est pas dramatique pour la saison suivante, les Rouge et Vert régalent et savent s’imposer à l’extérieur quand, en championnat territorial, ils se font sortir en quart de finale d’un point (34-33 contre Créteil-Choisy) après avoir mené 33 à 3 à la 41e minute. « Ce qui nous fait le plus peur, c’est nous-mêmes. Il suffit d’un match raté pour gâcher une belle saison. Mais nous avons les moyens de monter. » Parole de président. M. A.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir