Le retour de Cantet

  • Le retour de Cantet
    Le retour de Cantet
Publié le / Mis à jour le

C’est une certitude, l’USS va survivre à une rétrogradation paradoxale et « historique». Et s’il s’agissait d’un nouvel élan ?

Aussi loin que les anciens se souviennent, excepté en 1972, jamais l’US salloise n’avait évolué à un niveau inférieur à la Fédérale 2. La rétrogradation a certes provoqué une onde de choc mais, paradoxalement, elle n’a pas occasionné de dégâts. En revenant cinq plus tard dans un club où il n’avait laissé que de bons souvenirs, le technicien mérignacais François Cantet a pu relever ce singulier paradoxe : « Je suis très content de retrouver ce club que j’ai apprécié. Je retourne au village. Je retrouve l’USS dans un état de santé incroyable sur le plan de ses structures. Avec aussi un gros club d’entreprises partenaires et des moyens liés à cela. Le président Didier Dallet a réalisé un énorme travail. »

L’échec acté, il fut patent que Salles était devenu trop hétérogène, que le cœur de l’équipe avait perdu ses fameuses vertus de solidarité. Et que chacun avait, dans cette mésaventure, sa part de responsabilité. Le sentiment d’avoir fait beaucoup et de s’être trompé a généré beaucoup de frustration mais la remise en question a été générale. « Sur le plan sportif c’est un challenge excitant, se plait à dire François Cantet. Je reprends ce club avec des ressources et de bons joueurs. Il y a une vie et je constate avec plaisir la volonté commune, y compris des joueurs, de se remobiliser. La preuve, il y a très peu de départs. »

Une nouvelle charnière

Sur le terrain, le coach principal sera entouré d’entraîneurs de la maison salloise, les Pascal Gomez, Jérôme Bertazzo, Benoît Constant et Georges Pereira. Et le garant de l’esprit, Loris Bertazzo, sera toujours là. Jamais, Cantet n’avait œuvré avec un vrai spécialiste de la préparation physique à ses côtés. De ce point de vue il a frappé fort en s’assurant la présence de Sébastien Danthez, adjoint de Ludovic Loustau à l’UBB.

Sans faire dans le sensationnel, en revenant aux valeurs locales, le staff est en train « d’organiser une bonne équipe ». Le recrutement d’une charnière supplémentaire était nécessaire, c’est chose faite avec l’arrivée d’un jeune demi de mêlée de Bordeaux-Bègles et de l’excellent ouvreur Mika Dubord. « Devant, précise Cantet, nous allons ajouter des joueurs qui ressemblent un peu plus à Salles. Nous avons quelques certitudes. Cela fait quelques temps que l’équipe joue pour ne pas perdre, il va falloir qu’elle gagne rapidement pour réinstaurer la confiance. » Ceux qui imaginaient un club plongé dans le marasme en seront pour leurs frais. G. P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir