Le supplément de la confirmation

  • Le supplément de la confirmation
    Le supplément de la confirmation
Publié le / Mis à jour le

Après leur titre de Drôme-Ardèche Première Série l’an dernier, les hommes d’André Gracia-Garay et Jean-Marie Vaissière étaient attendus au tournant. Une mission pleinement remplie.

Il est des rencontres dont la trace reste indélébile dans l’histoire d’un club. Le barrage face à Crest en fait partie pour le Rugby Club bourguésan. Un duel remporté de trois points (22-19) et permettant aux Ardéchois de décrocher une montée en Honneur. « Sur ce match, Crest nous était supérieur mais on a su renverser la vapeur. On a gagné à l’envie, en jouant juste car quand on marque trois essais, il n’y a pas photo », confie Jean-Marie Vaissière, l’un des techniciens ardéchois. Une véritable cerise sur le gâteau de cet exercice, bien loin des espérances du début de saison. Le champion Drôme-Ardèche de Première Série en titre ayant pour ambition de conserver son bien, lors des finales régionales. « En début de saison, on aurait jamais pensé jouer la première place de la poule. L’objectif était la deuxième ou la troisième place et la victoire à La Voulte a changé nos plans », rappelle André Gracia-Garay. Pourtant, cette montée a bien failli ne pas avoir lieu… Les Bourguésans ayant gagné leur accession sur le terrain mais étant dépendants des résultats de Fédérale 3. « C’est un concours de circonstances car si Véore perdait contre Bastia, c’est eux qui descendaient. Il faut également souligner que les Corses jouaient leur qualification (victoire des Drômois 26 à 10, N.D.L.R.) », détaille André Gracia-Garay. Un petit coup de pouce salvateur pour des Bourguésans résolument tournés vers une fin de saison palpitante.

La cicatrice d’un double-double manqué

Un dernier sprint avec la possibilité de réaliser un double-double, si cher au basket. Le RCB pouvant décrocher son deuxième titre territorial en deux ans et s’offrir un petit supplément de bonheur. Le tout à l’occasion d’une belle face à une vieille connaissance, La Voulte. « à l’aller, nous n’avions pas été avantagés par la tournure des évènements et nous avions perdu. Au retour, nous sommes allés leur rendre la monnaie de la pièce. Cela démontre l’état d’esprit de ce club », analyse Jean-Marie Vaissière. Une véritable performance face à un adversaire, relégué d’Honneur et invaincu à domicile jusque-là. La récompense d’une belle saison régulière, ponctuée à la deuxième place avec 45 points et neuf victoires en quatorze matchs. Bourg-Saint-Andéol dominant même le classement de l’offensive avec pas moins de 55 essais inscrits, soit presque quatre essais par match de moyenne. Seulement, ce troisième rendez-vous ne sera pas celui de la consécration, les Voultains venant, pour cinq points (13-8), ôter le double-double des mains bourguésanes. « Sur la physionomie de la finale, La Voulte mérite sa victoire. Il y a cependant deux actions litigieuses », poursuit l’entraîneur des trois-quarts du RCB. Le passé l’a démontré, ce type d’issue douloureuse peut amener à deux scénarios. Dans l’un, elle transcende et dans l’autre, elle crispe. Pour les Bourguésans, il s’agira du deuxième cas.

Opposés à Sanary-sur-Mer en 32e de finale du championnat de France, les Bourguésans vont subir une lourde défaite (38-6). « Sur cette rencontre, on doit prendre quasiment autant voire plus d’essais que sur toute la saison » souligne André Gracia-Garay. « Contre Sanary, c’est un autre contexte car il nous manquait sept joueurs dont quatre suspendus suite à la finale. Nous n’avions alors plus assez de réserves », tempère Jean-Marie Vaissière. La fin d’un beau parcours, ponctué d’un titre territorial et d’une montée. Une progression dont le RCB tentera d’écrire les prochaines lignes en Honneur, la saison prochaine. Son prochain grand défi. C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir