Les Bleus instaurent leurs règles

  • Les Bleus instaurent leurs règles
    Les Bleus instaurent leurs règles
Publié le , mis à jour

Lundi soir après le dîner, le capitaine Thierry Dusautoir a réuni l’ensemble de ses partenaires afin d’établir ensemble leurs règles de vie communes durant ces deux mois de préparation et pour l’ensemble de la compétition. Attention aux retards et aux fautes de goûts vestimentaires, ils pourraient coûter cher.

Coulisses

Ils n’ont pas tout réglé ! Il faudra qu’ils se revoient et rapidement pour déterminer le trésorier et le montant des amendes. Les joueurs du XV de France ont établi, lundi soir, leurs règles de vie communes. Les retards et autres manquements au « dress-code » doivent être sanctionnés financièrement afin d’alimenter la caisse des joueurs qui servira, dans un deuxième temps, à financer sorties ou restaurants quand les Bleus auront quelques heures de quartiers libres. Mais ce sera pour plus tard.

Par ailleurs, les joueurs du groupe France vont devoir aussi utiliser leur portable avec parcimonie et notamment quand ils sont ensemble. Lors des repas, dans la salle de vie commune, sur le chemin des entraînements, si un téléphone sonne, son propriétaire alimentaire la caisse. Le montant des amendes ? Il n’est pas encore fixé. Certains souhaitent conserver le tarif en vigueur durant le dernier 6 Nations, d’autres, compte tenu du fait qu’ils vont vivre ensemble sur une très longue période, et donc potentiellement plus avoir à payer, veulent les baisser. Jusqu’à présent, les Bleus, quand ils passaient à la caisse, versaient 10 ou 20 euros suivant la gravité de la faute. « Cela sera du même ordre », pronostiquait Vincent Debaty ce mardi.

Atonio, le trésorier ?

Qui en sera le trésorier ? Là aussi, les débats ne sont pas clos. Pour son retour dans le groupe France, Dimitri Szarzewski, qui a déjà tenu de nombreuses fois ce rôle, était taillé pour le rôle. Sauf que l’intéressé, qui fait partie, avec Pascal Papé notamment, des relais de Thierry Dusautoir, ne le souhaite pas. « On est effectivement revenu sur la charte et les règles de vie. J’ai rappelé que l’on allait passer des moments difficiles, qu’il ne faut pas se poser de question, ne pas avoir de regret et donner le meilleur de soi et même et rester collectif. Nous sommes des privilégiés », affirmait le talonneur du Racing lors de son passage devant la presse, tout en avouant vouloir faire de Pascal Papé le grand argentier des Bleus. « Il n’en est pas question. Si Dimitri ne veut pas le faire, on désignera alors Uini Atonio. Au moins, nous sommes sûrs que tout le monde paiera en temps et en heure. » Effectivement. Avec A. B.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?