Samoa - Nouvelle-Zélande : histoire d’une première

  • Samoa - Nouvelle-Zélande : histoire d’une première
    Samoa - Nouvelle-Zélande : histoire d’une première
Publié le , mis à jour

Jamais les Samoa n’avaient accueilli les All Blacks car aussi incroyable que cela puisse paraître, ces derniers n’étaient jamais venus dans cet archipel, situé à seulement 3000 kilomètres, et qui est l’un de leurs principaux fournisseurs de joueurs.

International

Umaga, Muliana, Mealamu ou encore Michael Jones, vainqueur de la Coupe du monde 1987, etc. Tous ces noms de grands joueurs ont deux points communs : ils ont été all blacks et ont des origines samoanes. Les Samoans attendaient donc ce moment depuis longtemps : un match de l’équipe néo-zélandaise dans leur pays. Et cette rencontre est arrivée la nuit dernière, à Apia, la capitale de l’archipel, cœur de la planète rugby durant quatre-vingts minutes. La Nouvelle-Zélande a battu une valeureuse équipe des Manu Samoa (25-16) grâce, notamment, à vingt points de la star Daniel Carter, qui arrivera sur nos pelouses, au Racing, après la prochaine Coupe du monde. Après un essai de George Moala, les All Blacks, qui menaient 19 à 3 à la pause, se sont quelque peu relâchés et ont vu Alafoti Fa’osiliva aplatir dans leur en-but après une belle charge dans la défense. Revenus à six unités (22-16), les Îliens ont finalement perdu de neuf points après une dernière pénalité de l’ancien meilleur joueur du monde qui semble revenu en grande forme après des soucis physiques en 2014.

Un rendez-vous particulier

Longtemps montrés du doigt pour ne pas se déplacer chez les autres nations maories pour des raisons de marketing et donc d’argent, les All Blacks ont enfin joué face aux Samoa sur leur sol. De quoi passionner les foules, aux Samoa comme en Nouvelle-Zélande, quand on sait que plus de 100 000 samoans vivent en Nouvelle-Zélande et que, chaque année, quelques dizaines de jeunes rugbymen locaux tentent l’exil au pays du long nuage blanc pour devenir professionnels et, pourquoi pas, un jour intégrer une franchise de Super Rugby. Le rendez-vous a été pris et le public a répondu présent dans l’Apia Park comme en dehors mais toujours de façon très accueillante. Escortés par la foule de l’aéroport jusqu’à leur hôtel, alors que Dan Carter et ses coéquipiers voyageaient dans un bus samoan en bois, les All Blacks ont pu mesurer leur popularité et ont été reçues en vraies rock stars. L’accueil de la part des joueurs samoans fut lui plus viril, une bonne préparation en vue des Four-Nations qui commenceront le 17 juillet face à l’Argentine. C. B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?