Rugby à VII : la dernière marche

  • Rugby à VII : la dernière marche
    Rugby à VII : la dernière marche
Publié le , mis à jour

En remportant les manches de Moscou et Lyon, les Bleus à VII ont fait le plus dur en vue de la qualification pour Rio. Il ne leur reste plus qu’à confirmer lors de la dernière manche à Exeter ce week-end.

Ca y est, ils y sont. Ce week-end, sur la pelouse du Sandy Park d’Exeter, au sud de l’Angleterre, les Bleus à VII ont rendez-vous avec leur destin, cinq ans après le début de l’aventure olympique. Après avoir remporté les deux premières étapes européennes (Moscou et Lyon), les voilà en position idéale pour décrocher un titre européen, et surtout leur Saint-Graal, à savoir sésame pour les Jeux Olympiques de Rio 2016. Pour ce faire, il leur faut accéder aux demi-finales. Pourquoi ? Parce que si les Bleus terminent quatrièmes et les Espagnols premiers, ces derniers reviendront à hauteur de nos Bleus avec 40 points. Dès lors, les équipes seront départagées par le goal-average. Seulement, celui-ci est pour l’instant largement en en faveur des Tricolores, avec 339 points contre 97 pour les Ibères. Il faudrait donc une vraie catastrophe pour que les Espagnols prennent la première place. Mais les Bleus doivent absolument atteindre les demies, et Terry Bouhraroua, l’emblématique capitaine de France VII a connu trop de déconvenues par le passé pour avoir l’inconscience de croire que la qualification est déjà acquise : « Mon rôle de capitaine m’oblige à la prudence. Nous n’avons pas vraiment réalisé la saison parfaite et nous ne pouvons prétendre être sûrs de nous. Loin de là. Je préfère que nous restions sur la réserve et que nous fassions les choses dans l’ordre, simplement comme lors des deux premières étapes du championnat d’Europe. Si nous faisons les choses dans l’ordre, il n’y a pas de raison que cela nous échappe. »

Avec Vakatawa, sans Grosso ni Martial

« Faire les choses dans l’ordre », comme le demande le capitaine c’est, en langage de joueur à VII, d’assurer la conquête du ballon et surtout sa conservation. Car dans cette discipline cruelle par excellence, la moindre possession gâchée ou perdue se solde le plus souvent par un essai en contre. Voilà pourquoi les Bleus devront, une fois de plus, se montrer vigilants et adroits lors des phases de renvois, connues pour être leur traditionnel talon d’Achille. Une faiblesse que les ailiers géants venus du XV, en l’occurence Rémy Grosso et Romain Martial, avaient subitement transformé en force tant leurs gabarits, inhabituels à VII, surpassaient ceux de leurs adversaires. Bien que légèrement plus petit, le flanker montpelliérain Fulgence Ouedraogo faisait également merveille dans ce domaine. Seulement voilà, les Bleus devront se passer des service de ces trois joueurs. Après un échange entre le joueur, le staff de France VII et Christophe Urios, manager de Castres, il a finalement été décidé de préserver l’ex-Lyonnais en vue de sa reprise avec le Castres lundi prochain. Quant à Martial, un heureux événement le conduit logiquement à rester aux côtés de son épouse. Enfin, Ouedraogo a rejoint le XV de France pour la préparation du Mondial. En l’absence de ces trois chasseurs de haut vol, il apparaît que Jonathan Laugel, du haut de son mètre quatre-vingt quatorze sera le meilleur atout tricolore dans la lutte aérienne.

L’absence des deux ailiers castrais est compensée par le retour du jeune oyonnaxien Alexandre Gracbling, et celui de l’ancien quinziste rochelais Damien Cler, dont les qualités de vitesse ne sont plus à démontrer. L’autre renfort de poids se nomme Virimi Vakatawa, qui n’est autre que la machine à marquer des Bleus. Pour rappel, l’ancien Racingman avait inscrit 21 essais en sept tournois avant sa blessure survenue début mai. Un retour qui arrive à point nommé, à en croire le manager de France VII Jean-Claude Skrela. « On connaît parfaitement les qualités de Virimi Vakatawa... Il va compenser l’absence de Rémy Grosso, car ils évoluent chacun dans un registre similaire en terme de puissance et de vitesse ». Suffisamment armés, les Bleus n’ont plus qu’une mission : celle de terminer le travail, pour enfin vivre leur rêve olympique.

Les poules :

Poule 1 : France, Allemagne, Portugal, Roumanie

Poule 2 : Espagne, Angleterre, Italie, Lituanie

Poule 3 : Belgique, Russie, Géorgie, Pays de Galles

Le programme :

12h30 (heure française) : France – Roumanie

15h12 : France – Portugal

17h54 : France – Allemagne

Le groupe france : Aicardi, Barry, Bouhraoua, Candelon, Cler, Gracbling, Dall’Igna, Inigo, Laugel, Mazoué, Parez, Vakatawa.

Classement avant la manche d’Exeter :

1. France : 40 Points

2. Espagne : 34

3. Russie : 28

Par Simon VALZER (avec A.B.)

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?