L’heure de gagner pour les deux Lolos

  • L’heure de gagner pour les deux Lolos
    L’heure de gagner pour les deux Lolos
Publié le , mis à jour

Pour leur troisième saison à la tête du Racing, Laurent Travers et Laurent Labit sont attendus au tournant. Quart de finalistes en Top 14 et en Champions Cup la saison dernière, ils tenteront de passer un nouveau palier. Le rêve ultime étant de ramener bien sûr un Brennus, qui manque au Racing depuis 1990.

Partout où ils sont passés, les deux Laurent ont laissé un souvenir indélébile. À Montauban, ils ont tout d’abord porté le feue MTG XV jusqu’à une septième place qualificative pour la H Cup, en 2009. Une première dans l’histoire du club tarn-et-garonnais. Quatre ans plus tard, ils quittent Castres sur un titre de champion de France acquis aux dépens de Toulon (19-14). Là encore, il s’agit d’une première depuis vingt ans pour le club tarnais. Deux performances réalisées avec un effectif ne comportant que peu de stars, mais beaucoup d’amis. En arrivant au Racing 92, dans la foulée de leur titre décroché avec le CO, Laurent Travers et Laurent Labit étaient confrontés à un énorme défi. Celui de ramener le Brennus à Colombes, une vingtaine d’années après le dernier titre des Franciliens. Un titre décroché en 1990 face au Agen de Philippe Sella (22-12). Pour remplir cette mission, les deux techniciens peuvent compter sur un recrutement cinq étoiles. L’ouvreur irlandais Jonathan Sexton ou les Gallois, Dan Lydiate et Jamie Roberts étant les têtes d’affiches franciliennes. Le tout sans oublier l’arrivée de lieutenants des deux Lolos durant leur passage dans le Tarn, à l’image de Marc Andreu ou de Yoan Audrin (en provenance de Montpellier). De belles promesses à confirmer sur le terrain, par les résultats. « On a envie d’aller le plus loin possible. Comme l’a dit le président, l’ambition c’est la conquête. Mais la conquête, ça peut être beaucoup de choses : les six premières places, le titre… ou un titre dans trois, quatre ans. Si on n’a pas d’ambition, on régresse » confiait ainsi Laurent Travers, au début de son mandat francilien.

Sexton part, Carter arrive

Deux ans et deux saisons plus tard, les deux Laurent sont dans les clous des objectifs fixés à leur arrivée. Demi-finalistes l’an dernier et quart de finalistes cette saison en Top 14, sans oublier un quart de Champions Cup. Le Racing passant même à deux doigts de s’offrir une première demi-finale européenne, finalement crucifié par Marcelo Bosch et les Saracens sur la sirène (11-12). Un bilan de haut niveau, puisque sur la même période, seuls Toulon et Clermont sont devant. Pourtant, malgré ces résultats rêvés par nombre de présidents, le Racing semble encore évoluer en sous-régime. À l’image des performances de Jonathan Sexton, véritable métronome avec les Verts irlandais et en difficulté en club. Son quart de finale européen disputé malade contre les Saracens, ou ses duels perdus face à Morné Steyn en fin de saison, en sont la preuve. Les arrivées de deux acteurs majeurs du titre de Castres en 2013, Antonie Claassen et Brice Dulin n’ont pas permis aux Franciliens, de retrouver les clés du Brennus. Cette troisième saison doit donc être l’occasion de franchir un nouveau cap pour les deux Lolos. Pour cela, le All Black Dan Carter vient numériquement remplacer Jonathan Sexton, reparti au Leinster. Une nouvelle star parmi tant d’autres, avec les arrivées également de Yannick Nyanga, Chris Masoe et... Rémi Tales. Ce dernier ayant notamment été l’auteur de deux drops décisifs, pour emmener Castres vers le Brennus. C.V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?