Comment le Racing 92 va se relancer

  • Comment le Racing 92 va se relancer
    Comment le Racing 92 va se relancer
Publié le , mis à jour

Eliminés en barrages la saison dernière par le Stade français, le staff et les joueurs du Racing 92 ont à cœur d’aller plus loin cette année. Pour cela, le club a fait appel à des grands noms mais compte aussi sur son excellent centre de formation.

Le 29 mai dernier, le Racing Métro 92 (dont le nom est aujourd’hui Racing 92) terminait sa saison sur une défaite en barrage face au Stade français (15-38). Un mois et demi plus tard et après quelques semaines de vacances, les joueurs sont de retour à l’entraînement. Sous la houlette du duo des Lolos, Laurent Travers et Laurent Labit, tous vont faire en sorte de réaliser une meilleure saison que la précédente. En effet, en cette année de Coupe du monde (18 septembre - 31 octobre), le Racing a misé sur un recrutement massif. Malgré l’échec du recrutement de Jonathan Sexton, titulaire au poste d’ouvreur deux ans, le club va tenter de se relancer avec un « remplaçant » de marque, un certain Dan Carter. L’ouvreur néo-zélandais aux 102 sélections, longtemps considéré comme le meilleur ouvreur du monde, s’est engagé pour trois ans avec le club francilien et arrivera dans la foulée du Mondial anglais. Après son passage éclair en 2009 à Perpignan, Carter intègre le club des Hauts-de-Seine pour participer à la mise en place du projet de Jacky Lorenzetti. Pour l’accompagner, le club a notamment misé sur d’autres recrues de renom, telles que Martin Castrogiovanni et Chris Masoe, tous deux en provenance de Toulon. Côté français, les deux internationaux Yannick Nyanga et Remi Tales se sont engagés avec les Ciel et Blanc. Mais ce n’est pas seulement sur ses stars que le Racing compte pour cette nouvelle année. Une stratégie due au fait qu’une partie de ces recrues n’arrivera au club qu’en novembre. De plus, cinq des joueurs du Racing la saison dernière, sont partis pour la préparation du XV de France (Eddy Ben Arous, Dimitri Szarzewski, Bernard Le Roux, Alexandre Dumoulin et Brice Dulin).

Miser également sur les jeunes

Avant le Mondial, quatre journées de Top 14 auront lieu, puis quatre autres durant la phase finale de la compétiton. C’est à ce moment-là que le Racing 92 aura le plus besoin de ses jeunes. Issus du meilleur centre de formation du Top 14 (résultat d’un classement diffusé par la LNR en avril), des joueurs tels que Camille Chat (talonneur) ou Luc Barba (troisième ligne aile) viendront renforcer l’équipe dirigé par les deux Laurent. Autre grande innovation pour le club : son nouveau stade, l’Arena 92. Bien qu’encore en construction, en plein cœur du quartier de la Défense, va apporter un nouvel élan au club. La livraison de l’enceinte n’est pas prévue avant décembre 2016 mais ce stade sera un concentré de nouveauté et pourra accueillir environ 30 000 personnes. Il s’agira d’un lieu connecté, qui recevra également de nombreuses manifestations extra-sportives. Jacky Lorenzetti, le président du Racing 92, a précisé qu’il serait même plus souvent utilisé pour des concerts ou des spectacles que pour du rugby. Seulement 16 matchs étant prévus par saison (13 de Top 14 et 3 de Champions Cup). L’enceinte sera unique en son genre, notamment grâce son écran géant, le plus grand jamais construit dans un stade. Totalement fermée, elle pourra passer du format spectacle au format rugby en à peine 12 heures. Un petit bijou d’architecture et de technologie qu’il faudra encore attendre une année, mais qui aidera sans nul doute le Racing 92 à s’installer dans la durée au plus haut niveau. En attendant, les joueurs vont vivre leur dernière saison au stade Yves-du-Manoir et passer près de la moitié de la saison sans leur leurs internationaux. L’occasion pour certains, de se dévoiler au grand public. J.E

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?