Les quatre exploits français chez les Blacks

  • Les quatre exploits français chez les Blacks
    Les quatre exploits français chez les Blacks
Publié le , mis à jour

À quatre reprises les joueurs tricolores se sont imposés en Nouvelle-Zélande. Quatre dates restées gravées dans la mémoire du rugby français. Retour sur ces exploits made in France.

C’est une sorte de romance, de longue histoire de « je t’aime moi, moi non plus » qui unit la Nouvelle-Zélande et la France en rugby. Depuis leur première confrontation en 1906 à Paris, où les Originals (futurs All Blacks) de Dave Gallaher avaient humilié les Français (première rencontre officielle de l’histoire du XV de France) de Gaston Lane (8-38), ces deux équipes ne se sont plus jamais quittées. Malheureusement c’est souvent la queue entre les jambes que les petits français rentrent à la maison. En 56 rencontres, les Bleus ont battu les Néo-Zélandais 12 fois, ont obtenu le match nul une fois et se sont surtout inclinés, plus ou moins, lourdement 43 fois.

Et pourtant, c’est bien l’équipe avec un maillot frappé du coq qui passe pour la « bête noire » des Blacks. Deux victoires en Coupe du Monde (1999 et 2007) suffisant à construire la légende des Bleus, vaillants combattants capables de faire tomber les invincibles All Blacks.

À 29 reprises, les rugbymen français se sont déplacés en Nouvelle-Zélande pour y défier la meilleure équipe du monde, et quatre fois les Bleus ont fait tomber les Blacks, chez eux. Voici le récit des quatre triomphes tricolores en terre néo-zélandaise :

14 juillet 1979 (19-24) à Christchurch :

Comme souvent (toujours ?), les Français arrivent dans la peau de la victime. Leurs potentiels bourreaux néo-zélandais ont déjà eu leur peau, une semaine plus tôt (23-9) et on ne voit pas pourquoi la tendance s’inverserait. Pourtant, les Tricolores menés par Jean-Pierre Rives ne le voient pas de cet œil. Capitaine d’une équipe composée de revanchards, humiliés une semaine auparavant, le grand blond leur demande de s’amuser et de proposer un jeu attractif. Résultat, devant près de 60 000 Néo-Zélandais, les Bleus vont quatre fois à dame (Gallion, Caussade, Averous et Codorniou) et mènent de quatorze points à l’heure de jeu (24-10). En toute fin de rencontre, les Blacks reviennent au score grâce à un essai de Mourie et sont même tous proches de pouvoir l’emporter. Revenus à cinq points des Bleus, les Néo-Zélandais continuent de jouer et suite à un lancement derrière mêlée au centre du terrain, l’ailier Murray Watts tape par-dessus. Un coup de pied qui aurait pu être gagnant, si Frédéric Costes (international seulement depuis mars 1979) n’avait pas été le plus prompt pour capter le ballon et dégager en touche. Un 14 juillet qui restera une nouvelle fois dans l’histoire, 190 ans après la prise de la Bastille. Les Bleus s’imposant pour la première fois en Nouvelle-Zélande. Un joli clin d’œil de la bande à Rives mais surtout un souvenir à jamais gravé dans l’histoire du rugby français.

26 juin 1994 (8-22) à Christchurch :

Ce jour-là, les All Blacks lancent dans le grand bain un jeune joueur : Jonah Lomu. Ils ne le savent pas encore, mais l’ailier rentrera dans la légende du rugby mondial. Mais ce 26 juin 1994, les Blacks ont une autre priorité : battre des Français contre qui ils n’ont plus joué depuis quatre ans et qui préparent le Mondial sud-africain. Le XV tricolore est notamment composé d’Olivier Roumat, Christian Califano, Emile N’tamack ou encore Philippe Sella, premier joueur de l’histoire à franchir le cap des cent sélections lors de cette rencontre. Des Français dont l’objectif principal est de prendre une revanche, après la défaite concédée contre le Canada (18-16). Et c’est la folie française qui déferle à Christchurch. Un essai de Benetton, une transformation et deux pénalités de Lacroix et trois drop-goals à en faire pâlir les spécialistes du geste (un de Sadourny et deux de Deylaud) offrent la victoire aux Bleus. Les valeureux néo-zélandais réduiront bien le score à la 75e mais trop tard, pour ôter le deuxième succès tricolore au pays du long nuage blanc. Il s’agit d’ailleurs de la plus grosse victoire des Bleus face aux Néo Zélandais.

3 juillet 1994 (20-23) à Auckland :

Une semaine après la prise de Christchurch, les Bleus retrouvent des Néo-Zélandais touchés dans leur orgueil. Le talonneur black, Sean Fitzpatrick, a d’ailleurs déclaré après la défaite que les Français vivraient un enfer à Auckland. Résultat ? Les Bleus s’imposent une nouvelle fois face aux Blacks, et de quelle manière ! Menés jusqu’à la dernière minute, les Français décident de relancer tous les ballons. À la réception dans ses 22 mètres, d’un dégagement de l’ouvreur Steven Bachop, Philippe Saint-André décide de relancer. S’en suit une action qui restera dans les mémoires. Gonzalez, Benazzi, Ntamack, Cabannes, Delaigue et Accoceberry touchant la balle avant que Jean-Luc Sadourny n’aille s’effondrer dans l’en-but, quatre-vingts mètres plus loin. Les Bleus s’imposent finalement de trois points (23-20) et remportent avec cette deuxième victoire consécutive, la série de tests. Une première dans l’histoire du rugby tricolore.

13 juin 2009 (22-27) à Wellington :

C’est la dernière victoire en date des Français en Nouvelle-Zélande. Un succès obtenu dans un contexte hostile, les Néo-Zélandais voulant une revanche deux ans après leur défaite de Cardiff, en quart de finale de la Coupe du monde 2007. Avantage psychologique donc pour les hommes de Marc Lièvremont, à l’aube de cette tournée visant à préparer le Mondial organisé sur ces mêmes terres deux ans plus tard. Sans les Clermontois et les Perpignanais, finalistes du Top 14, le sélectionneur aligne une équipe compétitive mais légèrement remaniée. Pourtant les Bleus, portés par un grand Julien Dupuy et le jeune François Trinh-Duc (23 ans) s’imposent en terre maorie (22-27). Le dernier exploit des Bleus face aux Néo-Zélandais, qui restent depuis sur huit victoires de rang dont deux à la Coupe du monde 2011. Une certaine finale perdue d’un point restant bien sûr en travers des gorges françaises. P.I-R

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
onamor Il y a 1 année Le 09/05/2019 à 22:10

Le 14 Juillet 1979 LE MATCH se disputait a Auckland sur le terrain de l'Eden park