Au bal des nations-surprises

  • Au bal des nations-surprises
    Au bal des nations-surprises
Publié le , mis à jour

L’Uruguay, la Namibie, le Japon et le Canada ne gagneront sûrement pas le Mondial anglais (18 septembre-31 octobre). Mais ils pourraient bien créer des surprises, sur le modèle du succès du Tonga face aux Bleus, lors de la Coupe du monde 2011. Preuve que le rugby est universel.

Participer à la Coupe du monde est le summum, pour tout rugbyman. Certaines nations comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud ou l’Angleterre ayant même pris la bonne habitude de la gagner. Wallabies, Blacks, Springboks et Anglais seront ainsi les favoris pour remporter la huitième édition du Mondial, organisé cette année en Angleterre. Cependant, bien loin de ces objectifs de titre, certaines nations ont déjà tout gagné en se qualifiant. Participer à une Coupe du monde étant leur Everest, leur titre mondial. L’Uruguay, la Namibie et dans une moindre mesure, le Japon et le Canada font ainsi partie de cette catégorie. Leur fenêtre médiatique se limitant pour les trois premiers cités, à un bien triste record. Celui du nombre de points encaissés en un match, avec respectivement 145 (Japon), 142 (Namibie) et 111 points (Uruguay). À la décharge de ces nations, leurs bourreaux d’alors étaient la Nouvelle-Zélande, l’Australie et l’Angleterre. Seulement, la composition des poules du prochain Mondial ne leur donnera peut-être pas l’occasion de changer ce statut. L’Uruguay sera intégré dans la poule A, annoncée comme la poule de la mort avec l’Angleterre, l’Australie, le Pays de Galles et les Fidji. Une chance également partagée par la Namibie, adversaire des Springboks, des Samoa et de l’Écosse ou le Canada, intégré dans la poule des Bleus. La poule D regroupant également deux fortes nations européennes avec l’Irlande de Joe Schmidt et l’Italie de Sergio Parisse.

Des leaders et des stars

Cependant, si ces nations ne partiront pas avec la faveur des pronostics, elles pourraient bien surprendre. Toutes ces sélections comportant (ou presque) un leader, un joueur de référence connu dans le monde entier. À l’image de la présence du troisième ligne des Saracens Jacques Burger dans la sélection namibienne, de Jamie Cudmore (deuxième ligne de Clermont N.D.L.R.) avec le Canada. Sans oublier le Japonais Fumiyaki Tanaka, demi de mêlée des Highlanders et premier joueur nippon à évoluer en Super Rugby. Finalement, seul l’Uruguay ne pourra compter sur son leader Rodrigo Capo Ortega. Le deuxième ligne de Castres ayant décidé de ne pas disputer le Mondial anglais, sa femme attendant un heureux évènement. Une absence majeure, mais à laquelle le sélectionneur uruguayen Pablo Lemoine pourra palier. Des joueurs comme le futur ouvreur de Carcassonne Felipe Berchesi pouvant s’approprier par l’exemple, ce rôle. C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?