Elsom, le globe-trotter

  • Elsom, le globe-trotter
    Elsom, le globe-trotter
Publié le , mis à jour

Rocky Elsom, troisième ligne australien de 32 ans entame du haut de ses 75 capes, sa deuxième saison au RC Narbonne Méditerranée, une saison où il espère jouer plus de matchs que la saison précédente.

Après un passage au rugby à XIII au début des années 2000 et un début en Super Rugby en 2003 pour les NSW Waratahs, l’Australien Rocky Elsom a posé ses bagages dans l’hémisphère nord, d’abord au Leinster, ce qui lui a permis de remporter la Coupe d’Europe en 2009 puis au Japon (sans jouer à cause d’une visite médicale non satisfaisante) et en France après un retour en Australie pour jouer la Coupe du Monde 2011. À Toulon en 2013, ce véritable roc d’1,97 m pour environ 112 kilogrammes ne joua que deux matchs. C’est donc sans hésiter qu’il signa en Pro-D2 et revêtit le maillot de Narbonne en 2014. Gêné par des blessures, il ne fut titularisé qu’à quatre reprises la saison dernière mais compte bien faire de 2015-2016, une saison pleine. Élu joueur de l’année du Super 14 en 2007, wallaby de l’année en 2008 et meilleur joueur européen de l’année en 2009, il sera le leader de la troisième ligne audoise après la disparition tragique de Jerry Collins, mort dans un accident de la route, en juin dernier. Narbonne, 14e la saison dernière alterne le bon et le moins bon, comme en témoignent une 5e place qualificative pour les demi-finales d’accession en 2014 et encore une 14e place en 2013. La stabilité et un meilleur classement pourraient venir de la régularité du flanker australien, véritable star de l’équipe. Fort de son expérience (participations aux Coupes du monde 2007 pendant laquelle il marqua trois essais et 2011) et d’un physique hors du commun, Rocky Elsom, deux fois finaliste du Super 14 et vainqueur du Tri-Nations en 2011, attend la saison comme l’occasion de rebondir après quelques années délicates. L’ancien capitaine wallaby, auteur de 14 essais sous le maillot australien pourrait de nouveau être un pourfendeur des défenses après une saison d’adaptation difficile à la seconde division française, un championnat très physique où la conquête prime. Une chose est sûre, la présence de son ancien coéquipier, Justin Harrison comme entraîneur ne pourra que le mettre en confiance. Celui qui a été le premier non-irlandais à être élu joueur du Leinster de l’année par les supporters de la province irlandaise, devra de son côté gagner la confiance des supporters narbonnais pour peut-être retrouver le haut tableau de la Pro-D2. C.B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?