Ça pique à Tignes !

  • Ça pique à Tignes !
    Ça pique à Tignes !
Publié le , mis à jour

Jeudi, en fin d’après-midi, les Bleus ont effectué leur lourde séance en altitude, laquelle a laissé quelques traces. Ambiance.

« C’était affreux, les poumons brûlaient. Il paraît que cela fait toujours ça pour la première séance en altitude mais, franchement, c’était très dur. » La confidence est signée Yoann Maestri, le deuxième ligne des Bleus encore courbaturé au lendemain de la dantesque séance concoctée jeudi après-midi par Julien Deloire, le préparateur physique de l’équipe de France. Le principe ? Enchaîner, en fonction de la VMA de chacun, des courses durant une vingtaine de secondes pour vingt-cinq secondes de repos entre chacune d’entre elles. Une séance de torture de plus d’une demi-heure – effectuée devant une centaine de supporters ou touristes venus observer et applaudir les Français - durant laquelle le pilier Xavier Chiocci a d’ailleurs dû jeter l’éponge au bout de quelques minutes. La mauvaise nouvelle pour les joueurs étant qu’au fur et à mesure de la préparation, les temps de récupération seront progressivement diminués.

Un bain à sept degrés

À ce petit jeu-là, la mention spéciale est d’abord attribuée aux joueurs d’origine sud-africaine, Bernard Le Roux, Rory Kockott et Scott Spedding, particulièrement impressionnants et manifestement en grande forme physique. Autres mentions pour Yoann Maestri ou Brice Dulin. À noter toutefois que Wesley Fofana, Loann Goujon, Vincent Debaty et Noa Nakaitaci, tous ménagés, n’ont pas participé à l’exercice, à l’issue duquel les Bleus ont improvisé un bain de récupération dans la rivière jouxtant le terrain, dont les eaux – à seulement sept degrés - descendent tout droit du glacier de la Grande Motte. Pas frileux, Bernard Le Roux s’est même offert un plongeon, sous les yeux amusés de Benjamin Kayser. Ce dont profita Pascal Papé pour piquer les baskets du talonneur. On le voit, malgré les efforts, la bonne humeur règne actuellement à Tignes.

Par Jérémy FADAT et Nicolas ZANARDI, envoyés spéciaux

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?