Marvin Viallet, entre Berjallie et Australie

Marvin Viallet est de ces joueurs imprévisibles, autant sur le terrain que dans la vie. Le CSBJ a mis la main sur cette pépite pour les deux saisons à venir. Du moins qui a remis la main sur cette pépite. Explications.

Né il y a 25 ans, presque jour pour jour (16 juillet 1990), Marvin Viallet n’était pas prédestiné à courir ballon ovale en main. Comme beaucoup de jeunes garçons le deuxième d’une fratrie de quatre débutera par le foot. Mais « à Sept ans et demi il est venu me voir pour changer de sport parce qu’il s’ennuyait trop au foot, alors je l’ai inscrit au rugby, au club de Saint-Genis-Laval » explique Valérie, sa maman ancienne gymnaste de haut niveau. Un choix qu’elle ne regrettera pas puisque depuis son fils n’a jamais cessé de s’épanouir sur les terrains de rugby. Formé à l’OSGL, Marvin est rapidement repéré par les clubs de la région, mais alors que le LOU fait appel à lui il choisit de s’engager et de rejoindre le centre de formation du CSBJ. Mais ne voyant pas les portes de l’équipe pro s’ouvrir comme il le souhaiterait, Marvin Viallet décide tout simplement de quitter la France. « Mon fils a beaucoup de talent on ne peut pas le nier, mais c’est quelqu’un de différent, d’atypique, qui ne pense pas comme tout le monde. Il était peut-être trop joueur pour percer au plus haut niveau ». À l’automne 2011 il rejoint ainsi l’Australie et plus particulièrement le GPS rugby club de Brisbane. Un excellent choix pour sa mère qui explique avoir découvert un nouvel homme à son retour « Humainement et rugbystiquement il avait énormément changé. Il était beaucoup plus mature et beaucoup plus posé, que ce soit dans son jeu ou dans la vie. » De retour dans l’hexagone en 2012, le feu follet choisit de rejoindre à nouveau la berjallie, mais un problème de licence ne lui permet pas d’évoluer avec l’équipe une. Résultat Marvin Viallet participe à la belle saison de l’équipe réserve avec qui il devient tout simplement… champion de France ! La saison qui suit (2013-2014) Marvin Viallet est (enfin) intégré au groupe de Pro D2. En quatorze rencontres, dont douze comme titulaire, le jeune ailier s’est imposé comme l’un des hommes de bases du trio Laurent Mignot – Pascal Peyron – Alexandre Péclier, et ce malgré une fracture du métacarpe en début de saison. Mais une fois la saison terminée, le jeune joueur décide de quitter l’Isère pour rallier à nouveau l’Australie pour une saison. « Ce deuxième départ lui permettra de conforter son projet professionnel, que ce soit dans le rugby ou l’agriculture bio » explique Valérie, sa mère.

Un nouveau départ

Conscient du talent de cette pépite, le CSBJ rappellera Marvin Viallet pour qu’il défende les couleurs Ciel et Grenat pour les deux saisons à venir. Sa polyvalence (il peut jouer à tous les postes derrière) devrait lui permettre de s’imposer à nouveau du côté du Nord Isère, même si la concurrence sera forte. Cette saison l’effectif de CSBJ comptera seize joueurs pour six places (ouvreur, centres, ailiers et arrière). Son profil de relanceur, avec une pointe de vitesse et des crochets à tomber à la renverse plaît particulièrement au public Berjallien, pourtant plutôt friands de combats et de grosse mêlée. C’est pourquoi il était plus ou moins devenu la coqueluche berjallienne lors de son premier retour dans le club. Quand à l’éventualité d’un nouveau départ pour l’Australie ? Sa mère ne le voit pas repartir de sitôt, même si elle admet que son fils n’étant « pas du tout calculateur » personne ne sait vraiment ce qu’il fera lorsque son contrat avec le CSBJ touchera à son terme, dans deux saisons. Si on ne peut donc rien affirmer que Marvin Viallet terminera sa carrière au CSBJ (ni en France d’ailleurs) on peut en revanche affirmer que son grain de folie apportera beaucoup au jeu berjallien. P.I-R.