Benazzi : « revenir dans les six premiers»

  • Benazzi : « revenir dans les six premiers»
    Benazzi : « revenir dans les six premiers»
Publié le , mis à jour

Nouveau manager sportif de Montpellier, Abdelatif Benazzi se veut très ambitieux pour le club héraultais.

Quel sera votre rôle exact à Montpellier ?

Mon rôle est manager sportif, je suis là pour épauler Jack White sur toutes les prérogatives du secteur professionnel, en relation avec la direction. Évidemment je suis aussi là pour assurer les objectifs que l’on s’est fixés. Je voudrais que Jack et toute l’équipe puissent avoir les meilleurs moyens possibles pour travailler et aller au bout du projet qui est le nôtre, c’est-à-dire construire un grand club, se donner les moyens de réussir. Faire de Montpellier l’un des meilleurs clubs de Top 14.

Pourquoi renouer avec le quotidien d’un club de rugby, et spécialement à Montpellier ?

Cela représente un véritable challenge pour moi. Il est vrai que des opportunités se sont présentées à moi au terme de ma carrière en 2003 mais je n’étais pas prêt. J’avais en tête des projets professionnels autres que le rugby qui m’inspiraient, je voulais faire quelque chose de nouveau. Aujourd’hui, je suis à la recherche d’un défi stimulant. Je ne vous cache pas que le profil de Montpellier correspondait tout à fait à mes attentes. Tout d’abord car le président de ce club est ambitieux, il aime et connaît le rugby. Les infrastructures sont incroyables, les moyens sont là pour construire quelque chose de grand et prestigieux. Montpellier représente pour moi une expérience excitante. Certes, il n’y a pas un palmarès important mais le club a été respecté par son jeu, par le travail qui a été produit. C’est une histoire à écrire, avec des joueurs et un staff prometteurs. On ne peut pas refuser un beau projet comme celui-là.

Nous avons vu un Montpellier en petite forme cette saison, comment redresser la barre ?

D’après moi, ce passage à vide est une véritable opportunité. Lorsque n’importe quelle équipe rencontre des difficultés elle en tire des enseignements. C’est d’ailleurs cela qui a révélé les réelles ambitions de Montpellier. Le club s’était montré impressionnant dans la progression durant trois saisons, il avait presque surpris tout le monde. Ce qu’il s’est passé la saison dernière a révélé les failles de cette équipe et les fondamentaux qu’il faut mettre en place pour les corriger. Cela ne pourra être que bénéfique. Les erreurs ne seront pas répétées, les joueurs veulent prendre du plaisir et avant tout construire.

Vous dites Montpellier très ambitieux, quelles sont les ambitions en question pour la saison à venir ?

Personnellement je suis assez discret, sans bien sûr perdre de vue l’ambition. Après ce qu’il s’est passé la saison dernière il faut être modeste, travailler et travailler encore avec beaucoup d’humilité. Il y a beaucoup de choses à mettre en place. Au vu des moyens qui ont été mis en place c’est une année de transition capitale pour le club. L’objectif premier est de revenir dans les six premiers dès cette saison.

Qu’est-ce que cette nouvelle aventure peut vous apporter personnellement ?

Je m’estime heureux et chanceux, parce que tout d’abord sur le plan personnel je ne peux qu’en apprendre beaucoup sur moi-même à travers cette fonction. Je suis aussi quelqu’un de très curieux, travailler aux côtés du meilleur entrepreneur mondial, Mohed Altrad, c’est un énorme privilège. J’ai aussi la chance de travailler avec Jack White, champion du monde, vainqueur du Tri Nations, qui a entraîné les Brumbies, les Sharks. Tous ces aspects ne peuvent m’apporter que du positif. Maintenant, j’arrive avec beaucoup de modestie, avec ma personnalité, mes connaissances et mes propres prérogatives. Je suis en accord avec toute l’équipe, je m’entends très bien avec Jack White avec qui j’échange beaucoup. Je suis très impatient de voir la saison commencer, aussi excité que lorsque j’avais signé à Agen à l’époque.

Au-delà de votre expérience, que voulez-vous apporter à ce club ?

Je ne peux apporter quelque chose qu’en travaillant collectivement. J’étais capitaine de l’équipe de France et je sais que seul, nous ne sommes rien. Chacun de nous voudra écrire une histoire, gagner des titres dans le futur et avancer ensemble. Les erreurs du passé ne pourront que nous faire grandir. On me fait confiance, j’espère ne pas décevoir. En tout cas, je suis très heureux de revenir dans ce monde par cette porte.

Propos recueillis par F.C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?