Perpignan, Albi et Mont-de-Marsan voudront relever la tête

  • Perpignan, Albi et Mont-de-Marsan voudront relever la tête
    Perpignan, Albi et Mont-de-Marsan voudront relever la tête
Publié le / Mis à jour le

Le format atypique du ProD2 permet au premier de la phase de poule d’accéder au Top 14, avec un titre de champion de France en poche. Tandis que le deuxième, le troisième, le quatrième et le cinquième doivent se disputer des rencontres de phase finale, où seul le vainqueur rejoindra la division supérieure. Un format « bâtard » qui peut empêcher le deuxième de monter alors que le cinquième, forcément moins impressionnant tout au long de la saison peut accéder à l’élite du rugby français.

Elles étaient seize sur la ligne de départ, pourtant seules deux équipes ont atteint le Graal. Pau plus facilement qu’Agen, mais le constat final est le même : finit le ProD2 pour ces deux clubs historiques du rugby français, puisqu’ils évolueront en Top 14 la saison prochaine. Si ce fut, à n’en pas douter, une joie immense pour les joueurs de ces deux clubs, douze autres sont restés à quai et les deux derniers ont complètement coulé et retrouveront la Fédérale 1 la saison prochaine. Mais les destins les plus cruels sont peut-être ceux d’Albi, de Perpignan et surtout de Mont-de-Marsan, tombés à quelques riens du Top 14, lors de matchs couperets en phase finale.

Albi, la surprise

C’était, à coup sûr, l’équipe la moins attendue de ce Top 5. Surprise du début de saison, beaucoup de spécialistes doutaient de la capacité du club tarnais à conserver son rythme de qualifiables. Dans le sillage d’un Mathieu Peluchon excellent jusqu’à sa blessure en toute fin de saison (contre Perpignan à la 29e journée) les Albigeois ont démarré le Top 14 par quatre victoires, puis quatre défaites, avant de s’imposer de nouveau à quatre reprises. La saison était lancée et les Albigeois allaient disputer crânement leur chance. Après trente rencontres, les Albigeois trustaient la 5e place (à trois points d’Aurillac et Biarritz). Mais la saison albigeoise s’est arrêtée lors de la demi-finale du championnat au stade Guy-Boniface de Mont-de-Marsan par une défaite, logique, 22-8. Une saison magnifique, quand on se rappelle que cette même équipe d’Albi terminait 12e une saison auparavant. Le club entraîné désormais par Mauricio Reggiardo sera attendu au tournant cette saison.

Perpignan : si loin, si proche

En début de saison il était difficile de juger le niveau de l’USAP. Avec énormément d’arrivées et de départs cette équipe n’avait rien à voir avec celle qui descendait de Top 14 quelques mois plus tôt. La seule certitude c’est que le club ne voulait pas s’éterniser en ProD2. Et si la saison fut plutôt réussie (3e du championnat), ce sont les phases finales qui ont scellé l’avenir du club. La semaine qui précédait les demi-finales, l’USAP s’est imposée à Agen 23-26, mais lorsque le match est devenu à enjeu ce sont finalement les Agenais, plus aguerri à la ProD2 qui se sont imposés en terre Catalane (et ce malgré le match nul 32-32). Cette saison les Catalans auront sûrement des ambitions supérieures même s’ils ont conscience que le niveau du ProD2 a encore augmenté cette saison, avec notamment les descentes du LOU et de Bayonne.

Mont-de-Marsan, éternel troisième

La place de deuxième est rarement heureuse. Demandez à Raymond Poulidor ou même au XV de France, tombé trois fois en finale de Coupe du monde. Et cette fois encore cette place de deuxième aura été fatale aux Montois. Équipe la moins extravagante de ce Top 5, les joueurs de David Auradou ont, sans faire de bruit, déroulé tout au long de la saison. Huitièmes à la 19e journée, les Montois ont finalement terminé le championnat deuxième à seulement neuf points de Pau qui a pourtant semblé rouler sur le championnat. En position favorable pour les demi-finales, les Montois ont fait tomber Albi (5e de la saison régulière) et ont affronté Agen en finale d’accession. Favoris avant la rencontre les Landais se sont finalement inclinés 15-16 et regretteront longtemps cette transformation manquée à la 79e par Saubusse. Deuxième des phases de poules, les Landais ont finalement terminé troisième du championnat. Pour la troisième saison consécutive. Rageant quand on sait que seuls les deux premiers accèdent à l’élite. P.I-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir