Wisniewski : « J’aurais pu aller dans un club plus brillant mais… »

  • Wisniewski : « J’aurais pu aller dans un club plus brillant mais… »
    Wisniewski : « J’aurais pu aller dans un club plus brillant mais… »
Publié le , mis à jour

Jonhatan Wisniewski, l’ouvreur du FC Grenoble, nous livre son état d’esprit à un peu moins d’un mois de la reprise du Top 14, prévue le 22 août contre Agen pour les Grenoblois.

Vous savourez actuellement une semaine de vacances, comment s’est déroulée la préparation physique sur les dernières semaines ?

Tout à fait, et je peux vous dire que cela fait du bien de faire souffler un peu les organismes après cette préparation physique qui a été rude notamment avec la chaleur. Au regard du niveau qui s’élève chaque année, c’est quoiqu’il arrive un passage obligatoire si nous voulons être prêts. Cela devient de plus en plus dur, tous les clubs travaillent de mieux en mieux. En ce qui nous concerne, nous sommes plutôt contents de la préparation physique que nous avons effectuée. Mais aussi et surtout de l’investissement, tout le monde a tout donné, et l’état d’esprit était très bon. C’est donc très positif avant d’aborder cette nouvelle saison.

Concernant le rugby, vous l’intégrerez au retour de cette semaine de repos ?

Nous avons déjà intégré deux, trois nouveaux systèmes défensifs notamment, on a discuté de ce que l’on voulait mettre en place mais pas vraiment de rugby en soi, cela n’a été que les prémisses. C’est donc au retour des vacances qu’on va effectivement faire beaucoup plus de rugby, on aura deux matches amicaux (le 7 août contre le Connacht à Galway et le 14 août face au Munster à Limerick) et puis le championnat commencera. Donc cela va aller très vite. On a tout de même gardé 90 à 95 % du groupe de l’an dernier donc la majorité connaît bien les systèmes et les lancements de jeu. Je pense que ce sera un vrai plus, cela va sûrement nous permettre de gagner un peu de temps.

Comment envisagez-vous le premier bloc de quatre matchs en Top 14 (réception d’Agen, déplacement à Clermont, réception de Pau, déplacement à Colombes) ?

Cela s’annonce très costaud ! Mais je crois que ce championnat, peu importe où vous vous déplacez, ou qui vous jouez, il est dur tous les week-ends. Nous recevons les deux promus, ils auront à cœur de prendre des points très rapidement pour se rassurer, donc cela va être compliqué. Et quand vous vous déplacez chez les « gros » c’est très difficile d’aller gagner. Nous devons rester invaincus à domicile, pour pouvoir aller à l’extérieur sans pression et tenter de faire des bons matchs. Nous l’avions vécu la saison dernière. Nous avions en effet réussi à le faire à deux reprises, que ce soit sur la pelouse du Stade toulousain ou au Stade français, qui a fini champion. Ces quatre premiers matches nous permettront de vite entrer dans ce championnat.

Tout semble donc être au beau fixe mais l’ambiance est-elle tout de même particulière après le licenciement d’Alipate Ratini ?

Non, très honnêtement on ne s’est pas posé de question à ce sujet, car quoi qu’il en soit, nous savions qu’au vu de sa blessure, nous ne l’aurions pas revu avant le mois de septembre. Le club a fait un choix, et nous joueurs, nous ne sommes pas là pour commenter ce choix. D’autant plus que nous ne connaissons pas tous les tenants et les aboutissants. Alipate est un excellent joueur mais, nous allions le revoir bien plus tard dans la saison à cause de sa blessure, donc à l’heure actuelle au sein du groupe, cela ne change pas grand-chose.

« J’ai vraiment envie de m’éclater et de m’épanouir. »

À titre personnel, quelles sont vos ambitions après une saison dernière plutôt bien réussie ?

Chaque saison on a envie de faire la meilleure saison possible. J’ai vraiment envie de m’éclater et de m’épanouir ici. Si je peux prendre effectivement encore plus de plaisir que la saison dernière, je serai encore plus heureux. Ce serait bien de s’éviter aussi de revivre une fin de saison stressante. Pouvoir se dire qu’à quelques journées de la fin, nous sommes libérés de la pression du maintien, ce serait un vrai désir personnel et collectif je crois. J’espère donc que nous serons capables de le faire.

Comment jugez-vous l’un des nouveaux arrivants, Gilles Bosch, ouvreur comme vous ?

Je le connais déjà un petit peu puisque j’avais joué contre lui quand il était à Perpignan et moi au Racing. De mémoire nous nous étions rencontrés une fois en championnat et une fois en amical. Il est ensuite passé par le Pro D2 et il a fait de très bonnes choses l’an dernier avec Carcassonne. La concurrence c’est une très bonne chose. Il en faut pour se remettre en question en permanence, pour continuer à bosser. J’espère qu’on sera performants tous les deux pour tirer l’équipe le plus haut possible. Le club doit sortir vainqueur de cette concurrence, comme il y en a d’ailleurs à tous les postes cette saison.

Enfin, vous avez prolongé la saison dernière de trois saisons à Grenoble, vous semblez donc vouloir vous inscrire sur le long terme dans le projet grenoblois…

Bien sûr, je suis quelqu’un qui aime la stabilité, la fidélité, j’aime travailler avec du confort. Ce que j’ai vécu l’an dernier m’a vraiment plu et m’a donné envie de croire en ce projet. Sur du long terme, je crois qu’il y a ici la possibilité de faire ce qu’a fait Perpignan il y a quelques années, ou Castres plus récemment. Le club a eu la capacité de faire prolonger les têtes de pont de notre club comme Rory Grice par exemple, c’est un signe fort de voir que le FCG est capable de garder ses meilleurs joueurs et de ne pas se faire piller. Il y a en plus eu un recrutement intéressant à l’intersaison. C’est donc un club qui grandit, qui se structure et j’avais vraiment envie de faire partie de ce projet. Il est vrai que j’aurais pu aller dans un club plus brillant et plus clinquant, mais aujourd’hui, je me fais vraiment plaisir dans ce club et j’ai envie d’appartenir à un projet qui me tient à cœur, c’est donc pour cela que j’ai décidé de rester à Grenoble. Propos recueillis par M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?