Le quart d’heure sud africain

  • Le quart d’heure sud africain
    Le quart d’heure sud africain
Publié le , mis à jour

Et de deux. En deux semaines, les joueurs d’Heyneke Meyer se sont inclinés deux fois dans le dernier quart d’heure. Séduisants, joueurs et surtout dominateurs, les coéquipiers d’Handré Pollard n’ont pourtant pas réussi à tenir le score, contre les Australiens (24-20) la semaine dernière et contre les Néo-Zélandais (27-20) cette semaine.

Dans le sillage de Jesse Kriel, Damian De Allende et Willie le Roux étincelants, les Boks ont rapidement maîtrisé la rencontre. En prenant les All Blacks à la gorge avec un essai dès la 9e par l’arrière le Roux, les Sud Africains ont montré qu’ils souhaitaient se racheter de leur défaite subie une semaine plus tôt face à l’Australie. Plus agressifs, les Boks n’ont pourtant jamais réussi à décrocher les Blacks au score, comme en témoigne le score à la mi-temps : 10-10. La seconde période sera scindée en deux. Pendant 25 minutes les joueurs d’Heyneke Meyer feront le jeu et seront récompensés par un essai de Jesse Kriel (46e). Mais son manque de réalisme, et ce malgré l’indiscipline Blacks, ne permettra pas à l’équipe Sud Africaine de distancer les Blacks. Résultat, un essai de Richie McCaw viendra punir des Sud Africains, pour offrir la victoire aux Néo-Zélandais. Très séduisants, les Boks auront une nouvelle fois laissé échapper la rencontre. Une deuxième fois en deux semaines, pour une équipe que l’on a toujours connue très réaliste et très altruiste par le passé. Deux derniers quarts d’heures fatals à cette équipe Sud-Africaine, qui devra rapidement trouver des solutions pour éviter une déconvenue au Mondial.

Beaucoup d’intentions

Très lucide le sélectionneur évoquait sa déception en fin de rencontre « Je suis comme la semaine dernière, très frustré. La sortie de Jannie (Du Plessis) a été un vrai coup dur et les sorties de François Louw et de Lood De Jager ont constitué le tournant de la rencontre. Ils nous ont cruellement fait défaut dans le dernier quart d’heure. Ils ont eu un énorme impact tout au long dans la rencontre et leurs sorties nous ont déstabilisés. Après sur la rencontre les deux équipes étaient très proches l’une de l’autre, la différence s’est jouée à quelques millimètres près. Comme l’essai refusé à Lood. Pour moi ce dernier aurait pu être accordé, c’était du 50-50. Mais sur le match on a eu deux grosses occasions qu’on n’a pas su convertir, c’est là que s’est jouée cette rencontre. »

Des défaites frustrantes pour le capitaine Schalk Burger même si les intentions perçues sont encourageantes à sept semaines du mondial. « Les deux défaites sont très difficiles à digérer. L’équipe a mis énormément de cœur dans ces deux rencontres et a su mettre ses adversaires sous pression. Nous nous sommes créés pas mal d’occasions qu’on n’a pas su convertir. Et en coupe du monde nous serons face à des situations similaires. » Il reste donc du travail au staff Boks s’ils veulent disputer un troisième titre mondial, ce qu’aucune équipe n’a encore réalisé aujourd’hui. P.I-R. (Avec K.B à Johannesburg)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?