Labit : « Forger un état d’esprit collectif »

  • Labit : « Forger un état d’esprit collectif »
    Labit : « Forger un état d’esprit collectif »
Publié le , mis à jour

Rokocoko, ambitions, Coupe du monde, l’interview complète de Laurent Labit, l’un des deux entraîneurs du Racing 92, un club plus étoffé que jamais et bien à même de joeur sur les deux tableaux : Coupe d’Europe et Top 14.

Vous venez de faire signer Joe Rokocoko, que va vous apporter la star néo-zélandaise ?

On est très contents et heureux qu’il nous a fait confiance car il était sollicité par de nombreux clubs. On avait déjà pris des contacts avec lui quand Bayonne était proche de la relégation donc une fois l’Aviron bayonnais relégué, on a accéléré les négociations et ce matin (hier) il a commencé avec nous.

Son arrivée n’est-elle pas un peu tardive, la préparation ayant déjà commencée ?

Non, je ne pense pas. Il s’est déjà bien intégré, avant de signer il a eu au téléphone Daniel Carter, Chris Masoe pour leur demander conseil et les trois joueurs sont heureux de se retrouver. C’est un joueur expérimenté, porté sur l’échange comme ses compatriotes que je vais signer et je crois qu’ils vont être très bénéfiques pour le groupe et encadrer les jeunes. Ce sont des légendes dans leur pays et les autres joueurs en seront conscients. Et concernant plus précisément le rugby, son adaptation va se faire très rapidement et je ne pense pas qu’il arrive trop tard, ses qualités humaines et rugbystiques font qu’il comprend vite et en plus il est en France depuis longtemps, il comprend donc très bien le français, il le parle un peu, j’ai déjà eu l’occasion de discuter avec lui donc tout ça fait qu’il ne sera pas trop dépaysé et que les tactiques vont être vite assimilées, je pense.

Quelles sont les ambitions du club cette saison ?

C’est simple, c’est faire mieux que l’année dernière, j’espère qu’avec les recrues et ceux qui sont déjà là et je pense notamment aux jeunes joueurs sur qui on va s’appuyer comme les saisons passées, on va forger un état d’esprit collectif car c’est le premier objectif, la réussite d’une saison passe par là. J’espère bien sûr qu’on gagnera le plus de matchs possibles, on verra où cela peut nous mener.

Et pensez-vous que la Coupe du monde avec son lot d’internationaux absents sera plus un avantage ou un désavantage pour vous par rapport aux autres clubs ?

On parle beaucoup des autres clubs et de leurs absents mais jamais de nous, on a l’impression qu’il n’y a que ces équipes qui sont «impactées» pourtant à cause de la Coupe du monde, on a juste 14 joueurs qui seront absents et cela nous pénalisera autant que d’autres clubs. Parmi ces absents, des joueurs comme Nyanga, Dulin, Carter, Carizza, Castrogiovanni, Ben Arous, Charteris, Imhoff ou encore Dumoulin et Talès sûrement.

Propos recueillis par C.B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?