« Nous visons les cinq premières places de Pro D2 »

  • « Nous visons les cinq premières places de Pro D2 »
    « Nous visons les cinq premières places de Pro D2 »
Publié le , mis à jour

Jean-Baptiste Peyras-Loustalet (31 ans, 1m88, 95 kg) nous éclaire sur la préparation des Biterrois à l’orée de la saison 2015-2016 de Pro D2. Il revient également sur sa situation personnelle au sein du club héraultais.

Comment se déroule la préparation ? De quoi est fait votre quotidien ?

Tout se passe très bien que ce soit au niveau du physique, du rugby, ou au niveau cohésion du groupe. Tous les voyants sont au vert, il y a juste un tout petit peu de casse en troisième ligne mais à part cela tout va bien. Depuis cette semaine, nous sommes rentrés dans les semaines types c’est-à-dire que l’on se retrouve à 8 h 30 on fait un petit-déjeuner en commun, on attaque par de la vidéo, du rugby en fin de matinée et ensuite de la musculation par petit groupe dans l’après-midi.

Vous avez vu arriver quelques nouvelles têtes pendant cette préparation, selon vous, que va pouvoir vous apporter Lachie Munro notamment ?

Le poste de demi d’ouverture est certainement le poste le plus important au rugby. Lachie Munro a bien roulé sa bosse en Top 14 donc ce sera un plus pour notre équipe, c’est évident. À mon avis, il sera en plus complémentaire avec Thibault Suchier et chacun permettra à l’autre de progresser.

En ce moment, l’objectif de la préparation est-il le premier match amical contre Brive ou plutôt le premier match de championnat le 21 août prochain ?

L’objectif est la réception du finaliste de la saison dernière, Mont-de-Marsan, qui sera notre premier match de la saison le 21 août au stade de la Méditerranée. Les deux matches amicaux que nous allons disputer nous permettront d’avoir des repères mais le planning est vraiment construit en fonction de ce premier de championnat face à Mont-de-Marsan. Ces deux matches amicaux seront un bon galop d’essai mais l’objectif de la préparation c’est vraiment Mont-de-Marsan.

Justement, comment analysez-vous ce premier bloc de quatre matches de Pro D2 ?

C’est un premier bloc très piégeux puisque nous recevrons d’abord le finaliste de l’an dernier comme je l’ai dit. On accueillera aussi un relégué du Top 14, le LOU. On se déplacera ensuite chez un promu à Aix-en-Provence qui aura les dents longues c’est sûr, et enfin nous jouerons un derby contre Narbonne… Donc je crois que nous avons tout ce qui est compliqué à manœuvrer en début de saison. D’autant plus que nous recevrons trois fois sur quatre. Cela peut être évidemment un point fort mais on va dans un même temps être de suite au pied du mur. Il faudra prendre le maximum de points de suite à la maison.

Vous pourrez certainement bénéficier du soutien du public biterrois, c’est quand même un réel atout, non ?

(Rires) C’est sûr, je crois qu’en termes d’affluence en Pro D2 la saison dernière nous étions dans les trois premiers. On est bien évidemment sur une terre de rugby et si l’on fait ce qu’il faut sur le terrain, il est vrai que nos supporters nous le rendent bien.

Par ailleurs, avez-vous évoqué les ambitions du club avec Manny Edmonds ?

Nous n’avons pas réellement parlé d’ambitions en termes de classement. En revanche, nous avons observé les statistiques des trois dernières saisons en Pro D2. Nous nous sommes focalisés sur les places qualificatives, le nombre d’essais marqués et encaissés par les équipes qui occupaient ces places, et leur nombre de points au classement par exemple. On veut donc essayer de se rapprocher et même atteindre les standards des cinq premiers de Pro D2 sur les trois saisons précédentes. Donc il est vrai que même si nous n’avons pas clairement évoqué un objectif précis, implicitement et même explicitement finalement nous visons les cinq premières places de Pro D2.

« J’ai opté pour la stabilité. Je me plais vraiment ici. »

Vous êtes à Béziers depuis 2013 globalement, vous semblez réellement vous y plaire…

Le début a été un peu compliqué avec deux saisons hachées mais la saison dernière j’ai réalisé une saison complète et je me sens bien ici. J’ai opté pour la stabilité parce que je me plais vraiment ici. J’arrive à un âge assez avancé pour mon poste d’arrière mais j’espère que je vais continuer à donner le meilleur de moi-même, continuer à faire des prestations de qualité cette année et dans le futur.

À propos de la saison dernière, en êtes-vous satisfait à titre personnel ?

J’ai effectivement marqué neuf essais en championnat mais au point de vue collectif, je crois que c’est le moins bon classement que j’ai connu. Nous avons fini onzièmes au classement final, c’était donc une des saisons les moins bonnes. Mes neuf essais individuels n’ont malheureusement pas trop porté leurs fruits.

Vous attachez une importance au collectif visiblement, vous êtes l’un des plus expérimentés de l’effectif biterrois, quel rôle avez-vous envie de jouer au sein du groupe ?

Dans le vestiaire, je me sens bien, je suis libéré ! Que ce soit sur le terrain ou dans les réunions, j’interviens de façon spontanée à propos de rugby ou de la vie du groupe. Après je crois que les choses se font naturellement, il ne faut forcer personne à être leader. Les cadres émergeront au fil de la saison. Mais en tout cas, s’il le faut, personnellement cela ne me gêne pas de prendre des responsabilités dans le groupe que ce soit sur ou en dehors du terrain !

Enfin, en tant que joueur comment jugez-vous les nouveaux horaires de diffusion des matchs de Pro D2 les jeudis et vendredis soirs ?

Concernant les déplacements, je crois que ce sera encore plus dur qu’auparavant d’exister à l’extérieur. En effet, les supporters pourront beaucoup moins nous suivre puisque le jeudi et le vendredi ils sont censés travailler ! Au niveau du soutien, on se sentira donc encore plus démunis à l’extérieur. C’est le gros point noir selon moi. Par ailleurs il faudra sûrement adapter notre planning quotidien en fonction de ces nouveaux horaires de match notamment en hiver. En France, le rugby est surtout un sport de fin d’automne et d’hiver, les terrains risquent d’être encore plus lourds à ces horaires et nous serons donc obligés de nous adapter.

Propos recueillis par M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?