Au pays des têtes dures

  • Au pays des têtes dures
    Au pays des têtes dures
Publié le , mis à jour

La commotion cérébrale serait la blessure la plus fréquentes au rugby. Cette année, c’est 86 cas ont été recensés. Retour sur ces K.-O. Qui nous ont marqué.

Le rugby est un sport spectaculaire et sa violence fait partie de ce tout. Les plaquages dévastateurs de certains font parler pendant des semaines, des mois voire des années. Petits florilèges de ses coups qui auraient pu être bien plus dramatiques.

George North, international gallois (1,94 m, 109 kg)

Le jeune ailier talentueux des Gallois se souviendra longtemps (ou pas) de ce match contre l’Angleterre. Dans le cadre du Tournoi des 6 Nations, le Pays de Galles avait rendez-vous à Twickenham. A la 29e minute les Anglais tentent un coup de pied au ras, contré. Le ballon ricochant sur la défense, George White se précipite dessus. Malheureusement, les Anglais courent eux aussi au ballon, et le n° 4 lance son pied sur la tête de l’ailier. De suite, l’arbitre intervient et les soigneurs arrivent pour s’occuper du joueur rester à terre, n’ayant pas bougé depuis une minute. Les médecins le font sortir du terrain sur ses deux jambes pour quelques examens. Il revient moins de dix minutes après le choc, à la 38e. Plus tard dans le match, à la 66e, alors que les Anglais s’apprêtent à marquer un essai, George White et son coéquipier Richard Hibbard plaquent simultanément l’adversaire. La tête de Richard Hibbard ricoche alors sur celle de son coéquipier. George White s’écroule de tout son long et reste inconscient pour quelques secondes. Malgré tout, il reprendra le jeu comme si de rien n’était.

Mark Richards, sud-africain jouant chez les Lions (1,74 m, 82 kg)

Pendant la rencontre de Super 15 Lions-Sharks Mark Richard est à la réception d’une chandelle. Malheureusement pour lui, Willem Alberts (1,94 cm, 120 kg) la réceptionne quelques instants avant et, dans sa course, rentre dans l’ailier, toutes épaules dehors, qui reste sécher. Le staff médical arrive dans la seconde pour le soigner tandis qu’il reste inanimé. Il sera finalement sorti sur civière.

Jules Plisson, international français (1,84 m, 92 kg)

Toujours durant le Tournois des 6 Nations, l’une des commotions qui a fait parler s’est déroulée. Alors que la France écarte le ballon dans un mouvement d’attaque Jules Plisson est victime d’une caramel alors qu’il vient d’écarter le ballon, Lawes (2 mètres, 115 kg) le plaque violemment, l’ouvreur se fait tout simplement découper. Le mouvement de tête de Plisson sous le choc est effrayant, à se demander comment il a pu (et eu le droit) de continuer la rencontre. M. A.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?