« Il y a toujours des joueurs qui marquent des points »

  • « Il y a toujours des joueurs qui marquent des points »
    « Il y a toujours des joueurs qui marquent des points »
Publié le , mis à jour

Après un premier bloc de travail de vingt et un jours, le XV de France a retrouvé le CNR de Marcoussis vendredi à l’issue de quatre jours de repos. L’occasion pour le sélectionneur Philippe Saint-André de dresser un premier bilan du travail effectué et de fixer le cap à suivre pour les prochaines échéances.

Dans quel état de fraîcheur avez-vous retrouvé vos joueurs ?

Ils ont eu droit à des grandes vacances : quatre jours (rires). C’était bien pour eux. Pour le staff aussi. J’ai récupéré un groupe pétillant, heureux de se retrouver. C’est très important dans une aventure comme ça. Sur le premier bloc de vingt et un jours, axé sur l’aspect physique, la satisfaction est générale. À Tignes, nous avons pu bien travailler en raison de conditions climatiques exceptionnelles, mise à part une séance où il a fallu s’adapter. Ensuite, les joueurs ont eu quatre jours de repos bien mérités pour recharger les accus, dormir, retrouver leurs familles. Et dès hier (vendredi), nous avons pu attaquer avec une séance de rugby à basse intensité. Désormais, nous sommes sur un deuxième bloc de vingt-quatre jours de travail qui sera quand même plus axé sur le rugby. On passe à 60 % de rugby pour 40 % de physique. Et nous conclurons avec les deux matchs amicaux contre l’Angleterre.

Avez-vous pu tirer quelques conclusions à l’issue de ce premier bloc de travail ?

Sur l’état d’esprit du groupe, je crois que tous les joueurs se sont investis énormément. Individuellement, bien sûr, pour progresser sur l’aspect physique et technique. Mais aussi collectivement. La vie du groupe, gérée par Thierry Dusautoir et deux ou trois anciens, nous a pleinement satisfaite. Maintenant, on referme le livre de ce premier stage. On rentre désormais dans le rugby avec les premiers entraînements avec opposition, avec en ligne de mire les premiers matchs amicaux. On va donc rentrer dans une dynamique différente.

Mais concrètement, avez-vous avancé dans votre réflexion dans la perspective de la liste des 31 joueurs retenus que vous annoncerez le 23 août prochain ?

(Il rit) Il y a toujours des joueurs qui marquent des points, mais on a pu s’apercevoir que les joueurs éliminés plus tôt avec leur club en Top 14, qui ont pu bénéficier de quinze jours ou presque de préparation supplémentaires, géraient mieux les premières semaines. Mais la semaine à venir sera très intéressante pour nous car il y a vraiment eu une mise à niveau de tout le groupe pendant ces vingt et un jours.

Justement, qu’attendez-vous de vos joueurs sur le plan rugby dans la semaine à venir ?

Nous allons commencer par faire un peu d’opposition car nous ne pouvons pas aller à Twickenham sans un minimum de combat. Les joueurs doivent se réadapter aux contacts. Ensuite, nous allons entrer dans le détail de l’organisation collective. Que ce soit au niveau de la conquête ou des lancements de jeu. Sur l’organisation défensive également. La semaine va prendre une dimension collective plus importante. Toutefois, nous ne serons probablement pas tout à fait au point lors de la première opposition du 15 août.

Mais, à titre individuel, qu’attendez-vous concrètement des joueurs ?

Qu’ils poursuivent la préparation avec le même état d’esprit. Ensuite, des décisions sportives seront prises en fonction de la polyvalence par exemple. Mais on ne donnera le groupe que le 23 août et je pense qu’il y aura beaucoup d’attente jusqu’à cette annonce officielle.

La concurrence, jusque-là absente au sein du groupe, risque de prendre aussi une autre dimension. Y serez-vous plus à l’écoute ?

Automatiquement, avec des séances en opposition, la concurrence va être un paramètre à prendre en considération. Mais le plus important, c’est que les joueurs s’investissent pour le bien de l’équipe. Pour que l’équipe avance, qu’elle progresse. Et naturellement, nous dégagerons très tôt le groupe de 23 joueurs qui ira à Twickenham.

Continuez-vous à avoir un œil sur Jules Plisson ?

Jules a vu la semaine dernière le spécialiste qui l’a opéré de l’épaule. Il devrait participer vingt minutes ou une demi-heure au premier match amical du Stade français autour du 15 août contre Toulon. Mais actuellement, nous avons trois demis d’ouverture dont nous sommes satisfaits car leur investissement est irréprochable. Mais Jules est toujours sur la liste (des 50) si jamais nous avons un problème dans la liste des 36 joueurs.

Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu cette première phase de préparation ?

J’ai eu l’impression d’entraîner un club, avec des joueurs qui s’investissent au quotidien. C’était très agréable. Aujourd’hui, on fait partie du club France. Il y a de l’application, de la concentration. Mais aussi des sourires. Ce sont des sensations que je n’avais plus connues depuis trois ans et demi.

Propos recueillis par Arnaud Beurdeley

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?