Provence Rugby a du répondant

  • Provence Rugby a du répondant
    Provence Rugby a du répondant
Publié le / Mis à jour le

Promu cette saison en Pro D2, le club d’Aix-en-Provence s’est rassuré malgré la défaite à Perpignan (12-14) lors de son premier match amical. De bon augure pour la suite.

Les Provençaux ont pu profiter sereinement de leur (courte) virée nocturne à Canet-en-Roussillon. En s’inclinant seulement de deux points sur la pelouse d’Aimé-Giral quelques heures plus tôt, les promus en Pro D2 ont pu constater qu’ils n’étaient pas largués face aux demi-finalistes de la saison dernière. Mieux, ils ont dominé les débats pendant le premier acte avec deux très beaux essais et un troisième qui leur tendait les bras mais avorté par un en-avant dans l’en-but. Franck Comba, l’entraîneur des trois-quarts, pouvait avoir le sourire dans le tunnel des vestiaires : « On est satisfaits, mis à part le score même si nous n’étions pas là pour gagner à tout prix. C’est très positif pour nous. C’est un bon début de saison. On voulait voir quelques garçons que l’on ne connaissait pas et nous sommes satisfaits de l’état d’esprit collectif. »

Mieux que le maintien ?

D’autant plus encourageant que cette équipe, qui doit trouver de nouveaux repères avec l’arrivée de nombreuses recrues, n’avait eu que trois séances collectives dédiées au rugby avant cette première échéance. Aussi, la fin tardive de la phase finale de Fédérale 1 a aussi entraîné un retard logique à l’allumage. Pourtant, à Aimé-Giral, les hommes de Christian Labit ont démontré qu’ils seraient des clients sérieux dans ce championnat de Pro D2. « On ne va pas s’enflammer même si nous avons fait un bon petit match, atténuait pourtant l’ancien troisième ligne, On a répondu présent dans le secteur du combat, ce qui me semblait essentiel. Les anciens ont montré la voie aux nouveaux et l’ensemble a bien fonctionné. Maintenant, on va rester humbles. Je connais ce niveau et comment ça se passe pour les clubs promus. C’est jamais facile car les clubs qui montent sont mis à l’épreuve par les grosses cylindrées. On s’est donné les moyens pour avoir une équipe qui puisse au moins jouer le maintien et peut-être un petit peu mieux. Mais nous n’en sommes pas encore là. »

Labit : « pas le promu qui va conserver le ballon au près »

Pourtant certains pensionnaires du Pro D2 pourraient être surpris par ce promu atypique, capable d’infliger de longues séquences à Perpignan, capable de conclure un mouvement gagnant par le soutien du pilier gauche Ousmane Ndiaye présent aux côtés de son troisième ligne aile malgré un important nombre de temps de jeu. Des mouvements qui doivent devenir une marque de fabrique pour Christian Labit : « Je crois que l’an dernier nous avons gagné en Fédérale 1 car nous avons fait beaucoup de jeu, pas parce que nous étions plus costauds devant ou plus forts en conquête. C’est notre façon de faire, notre vision du rugby. Je suis pour faire plus de passes que l’adversaire, plus de temps de jeu que les autres. C’est ma façon de voir les choses et j’essaie de la faire perdurer d’année en année. On ne sera pas le promu qui va conserver le ballon au près, faire des portés et s’appuyer sur la conquête uniquement. » Quand on sait que de nombreuses recrues déjà rompues au Pro D2 (Bornman, Fogarty, Boulogne, Molcard) n’étaient pas présentes à Aimé-Giral, il n’est pas fou de penser que Provence Rugby pourrait rapidement devenir une équipe attractive de ce championnat.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir