Mathieu Peluchon : « mon avenir s’écrit à Albi »

  • Mathieu Peluchon : « mon avenir s’écrit à Albi »
    Mathieu Peluchon : « mon avenir s’écrit à Albi »
Publié le , mis à jour

Titulaire la saison passée, l’arrière d’Albi, Mathieu Peluchon a fait partie des déçus lorsqu’il a appris le départ du manager Ugo Mola. Mais avec un peu de recul, et les premières séances de travail avec le nouveau manager, Mauricio Reggiardo, il avoue se sentir Tarnais… et peut-être même plus que jamais !

Mathieu, comment abordez-vous cette nouvelle saison ?

Je me suis fait opérer du ménisque en fin de saison dernière. C’était une grosse opération, du coup le chirurgien m’avait dit que j’en aurai pour trois mois et aujourd’hui j’en suis à deux mois et demi, donc je suis dans les délais. Ça se passe bien, le staff médical ainsi que le préparateur physique ont très bien travaillé pour que je reprenne et que je sois dans les meilleures conditions pour le début du championnat. Là il me reste deux bonnes semaines de boulot. On est dans les clous, j’ai repris les appuis et la vitesse cette semaine et je reprendrai le contact la semaine prochaine, ce qui me permettra de jouer le dernier match amical à 100 %, afin de pouvoir postuler au début du championnat.

Et le groupe est prêt pour le début de saison ?

Déjà le groupe est arrivé en forme, du coup les tests physiques ont été très bons. En plus avec l’arrivée de Mauricio Reggiardo on a pu vite rentrer dans l’aspect rugby et voilà ça se passe bien dans la bonne humeur. On travaille beaucoup, Mauricio demande énormément de rigueur dans les exercices et le groupe essaye de répondre présent. On continue notre préparation, malgré notre première défaite en amical contre Castres. Ça a été un peu compliqué mais on s’y attendait, ce n’était que le premier match, et il y a eu des choses très positives. Maintenant on prépare le second match, contre Biarritz, pour essayer de mettre notre jeu en place.

La saison passée jusqu’à votre blessure, vous étiez le dépositaire du jeu albigeois. Ugo Mola comptait sur vous, mais ce dernier a quitté le club. Savez-vous comment Mauricio Reggiardo souhaite vous utiliser ?

C’est la loi du terrain, il faut être le meilleur. La saison que j’ai faite l’an passé était plutôt bonne, c’est très bien mais elle ne m’assure pas une place de titulaire. Aujourd’hui on a remis les pendules à zéro, pour tout le monde. Des nouveaux joueurs sont arrivés, des joueurs qui ont connu leur première saison en pro, je pense à Loïc Le Gal ou Morgan Martini, qui vont être encore plus performants cette saison, donc il y a de la concurrence et on ne peut pas dire, aujourd’hui, sur qui va compter le coach.

Justement vous étiez au centre du projet d’Ugo Mola, vous avez prolongé au SCA alors qu’il était encore au club et finalement il remplace Guy Novès à la tête du Stade Toulousain, comment avez-vous vécu son départ ?

J’avoue que ça a été une déception qu’il quitte le club. On s’attendait à ce qu’il reste, déjà par rapport à nos contrats. Avec Malik Hamadach on était rentré tôt en négociation avec le club. On avait convenu qu’on allait continuer la saison prochaine avec le même staff. On a été un peu surpris, déçus sur le moment, mais après réflexion on est très content pour Ugo car quand le Stade Toulousain t’appelle c’est difficile de refuser. En plus de ça Mauricio est un ami d’Ugo et il s’est engagé à 100 % dans le projet Tarnais et dans la succession d’Ugo. Il est dans le même état d’esprit, donc finalement on a vraiment énormément de chance de retrouver un manager qui a la même vision du rugby et les mêmes objectifs.

Et ça ne vous aurait pas plu de suivre Ugo Mola au Stade Toulousain ?

Ah bah non, moi la Champions Cup ça ne m’intéresse pas, la ProD2 c’est plus sympa, donc j’ai refusé (rire). Non plus sérieusement Ugo a suffisamment de joueurs à Toulouse, il n’a pas fait appel à moi et de plus j’avais prolongé à Albi.

Et ça n’a pas du tout remis en question votre prolongation à Albi ?

Sur le coup j’étais déçu mais après on a quand même un noyau solide. On est pas mal de joueurs à être vraiment proches et c’est une bande de potes donc rien que de rester avec ce groupe était une grosse satisfaction. On a été plusieurs à re-signer, donc continuer avec un noyau dur c’était important pour moi. Rien que ça, c’était une grosse satisfaction. Après, le manager qui part ça fait partie de la loi du sport de haut niveau. Sur le moment c’est sûr que ça a fait un effet de surprise, on était un peu déçus mais après coup on est passé à autre chose et comme je le disais : je pense que ça va bien se passer avec Mauricio.

Donc vous êtes toujours investi à 100 % dans le projet tarnais ?

Ah oui, plus que jamais ! Surtout avec l’effectif qu’on a et l’ambiance qui règne au sein du collectif. Ça donne envie de démarrer fort cette nouvelle saison.

Quels sont les objectifs du club ?

Franchement je ne sais pas. Pour l’instant on n’a parlé que de ce premier match de championnat contre Bayonne. On va avoir beaucoup de pression, on sait que ça va être compliqué et il faudra répondre présent dès ce premier match à domicile.

Vous ne vous projetez pas plus loin pour l’instant ?

Non pas du tout. Et encore on en a très peu parlé, on se prépare déjà pour le match contre Biarritz avant d’enchaîner sur notre stage à Luchon. Mais après on ne va pas se mentir, dans nos têtes on pense tous à Bayonne, on sait que ça devrait être un grand moment.

En plus vous devriez revenir juste à temps pour ce début de championnat…

C’est clair. J’espère être à 100 % pour le dernier amical contre Aix en Provence, et c’est ce qui est prévu, afin de pouvoir postuler pour Bayonne, car ça devrait être une belle fête pour le rugby tarnais !

Et quels sont vos objectifs personnels pour la saison ?

C’est d’être régulier, d’être plus performant offensivement et de si possible conserver le même rythme dans mes tentatives de tirs au but, ça serait vraiment bien. Donc je vais travailler pour !

Vous êtes en train d’ouvrir un bar à vin à Albi, est-ce un signe que votre avenir à court comme à long terme s’écrit du côté d’Albi ?

Sur ça je ne me pose pas de question. Quand j’ai des opportunités qui se présentent je ne réfléchis pas trop et je fonce. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour ouvrir mon bar sur Albi avec Andrea Siccardi (ancien joueur d’Albi). Voilà, c’est un beau projet, en espérant que ça se passe bien. Pour l’instant mon avenir s’écrit à Albi, je me sens bien ici et il n’y a pas de raison que je réfléchisse à ailleurs. Je me concentre sur cette saison, et on verra à la fin ! Propos recueillis par P. I-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?