En mode revanchard !

  • En mode revanchard !
    En mode revanchard !
Publié le , mis à jour

Blessés, en méforme ou écartés par leurs entraîneurs, ces cinq joueurs auront à cœur de montrer qu’ils en ont encore sous la pédale.

Hugo Bonneval

Il va tout redémarrer de zéro. Après une longue saison blanche et sèche, Hugo Bonneval s’est de nouveau mis, depuis le début de l’été, dans la peau d’un rugbyman professionnel. Éloigné des terrains pendant un an à cause d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche lors de la tournée printanière avec les Bleus, il a vécu un long et affreux calvaire. À son grand désarroi, l’arrière international a aussi raté l’incroyable épopée du Stade français. Hugo Bonneval devra se montrer patient avant de pouvoir retrouver son explosivité et son allant qui en avaient fait l’un des attaquants les plus redoutés du championnat de France.

Maxime Médard

Personne n’a oublié les larmes de crocodile coulant sur le visage de Maxime Médard après l’élimination du Stade toulousain en demi-finale du Top 14 face à Clermont-Ferrand. En pleine détresse, l’arrière international n’a pu contenir son trop-plein d’émotions. Ses nerfs ont lâché. Peut-être aussi le résultat de tout le stress accumulé ces derniers mois par l’élégant attaquant du Stade toulousain. Écarté du groupe France après la défaite face à l’Argentine, Maxime Médard n’a en effet pas vécu une saison de tout repos. Mal dans sa tête et ses crampons, il a affiché un niveau très en deçà de ses performances des saisons précédentes. Pis encore, il a parfois été le souffre-douleur de ses vis à vis. Certains autobus comme Joe Rokocoko ou Josua Tuisova n’hésitant pas à lui rouler dessus.

Jean-Marcelin Buttin

Transféré cet été de Clermont-Ferrand à Bordeaux, Jean-Marcelin Buttin espère se relancer sur les bords de la Gironde. Après avoir enflammé durant ces jeunes années chez les Jaunards, tous les terrains de France et d’Europe jusqu’à intégrer l’équipe de France en 2012, l’arrière alsacien a progressivement disparu des radars de notre championnat. Victime de la concurrence du Gallois Lee Byrne puis de celle de l’Anglais Nick Abendanon, Jean-Marcellin Buttin a fini par se retrouver abonné aux joutes secondaires avec l’ASMCA.

David Smith

Mon premier est brun et court aussi vite que Speedy Gonzales. Mon second a été l’an passé le chouchou incontesté du stade Mayol. Mon troisième a terminé meilleur marqueur d’essais du dernier Top 14. Mon tout est la recrue phare du Castres Olympique version Christophe Urios. Réponse ? David Smith. Poussé vers la sortie sans ménagement par la direction du RCT, l’ailier d’origine samoane aura à cœur de prouver qu’il demeure l’un des tout meilleurs finisseurs du Top 14. Ses arabesques géniales et ses longues chevauchées en solitaire devraient lui permettre de rapidement gagner les faveurs de l’exigeant public de Pierre-Antoine.

Pierrick Gunther

Pierrick Gunther avait rejoint Lyon pour gagner du temps de jeu et confirmer les promesses entrevues lors de ses premières années professionnelles au bord de la Rade. Las, son aventure rhodanienne a viré au cauchemar. Sa saison 2014-2015 se résume à ce chiffre éloquent : 59. Comme le nombre de minutes passées par Gunther sous le maillot du LOU. Force est de constater que le joueur convoqué lors des stages des Bleus en 2012-2013, a vraiment joué de malchance. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit à l’occasion du premier de la saison face à l’UBB, Gunther s’est blessé lors de son retour sur les terrains en mars dernier contre Castres. Ses rêves de reconquête se sont définitivement envolés à cause d’une rupture du tendon du biceps gauche. Maudit, Gunther a préféré mettre les voiles et suivre son entraîneur Olivier Azam à Oyonnax.

Jérôme Fredon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?