Le passage à vide

  • Le passage à vide
    Le passage à vide
Publié le , mis à jour

Malgré un début de match prometteur, les Biarrots n’ont pas pu endiguer la furia albigeoise et se sont inclinés (31-19). Inquiétant ?

Un match de rugby mais deux façons différentes de l’aborder. Si Albi a choisi de beaucoup faire tourner son effectif durant ces matchs de présaison, le BO a quant à lui opté pour une solution de relative continuité. Une bonne partie des vainqueurs de Mont de Marsan la semaine passée avait été reconduite pour débuter le match contre Albi. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Plus rodée, plus puissante, l’armada biterroise a tôt fait de prendre le score, grâce à deux essais de Levi et Sousa pour mener 12 à 0 à la 45e minute. La mi-temps passée, d’aucuns pensaient que le match était plié et que les Biarrots allaient pouvoir savourer leur deuxième victoire en autant de rencontres… C’était sans compter sur un incroyable trou d’air qu’allaient traverser les Basques, encaissant cinq essais entre la 50e et la fin du match. Pis, eux qui jusqu’alors jouaient bien et faisaient preuve de sérénité technique et tactique, ils commençaient à commettre beaucoup de fautes de main et autres imprécisions… Benoît Lecouls, le spécialiste ès mêlées chez les Basques, expliquait le trou d’air : « Nous avions fait le choix de remanier l’équipe en deuxième période, celle-ci avait moins de repères et cela s’est vérifié. Cette défaite n’est pas très inquiétante, les matchs de préparation servent à essuyer les plâtres. Nous faisons des essais, une revue d’effectif. Je retire des choses positives de ce match, comme notre capacité à bien défendre… en première période. » Il est vrai qu’avant d’encaisser cinq essais après la pause, les Biarrots ont parfaitement su casser les attaques albigeoises. Ils ont fait par exemple le dos rond, de longues minutes durant, sans encaisser d’essai alors que les Tarnais pilonnaient leur ligne en fin de première mi-temps.

L’échec de la fusion digéré

Au vrai, les Biarrots ont surtout montré à Albi qu’ils étaient toujours une équipe de rugby, sérieuse prétendante au haut de tableau, malgré les déboires nés de l’échec de la fusion en début d’été : « Comme tout le monde, nous avons attendu que le feuilleton se termine, explique Benoît Lecouls. C’est à ce moment seulement que nous avons commencé à nous entraîner. Nous avons repris en retard par rapport à d’autres équipes. Nous sommes satisfaits car les matchs amicaux nous montrent que malgré ce retard à l’allumage nous ne sommes pas largués physiquement par nos adversaires qui ont eu une préparation sans anicroche. Nous sommes dans les temps et c’est l’essentiel. Il nous reste un match amical, contre Trevise, jeudi prochain, pour finir de nous caler… »

Et malgré leur effectif, encore conséquent malgré sa fonte à l’intersaison, les Biarrots ne se posent pas (encore) en favoris du championnat. Benoît Lecouls a déclaré après le match « Nous avons un groupe de qualité mais plus réduit que l’an passé. Il faut garder de l’énergie pour le championnat et bien gérer ces matchs amicaux. Notre premier bloc sera très compliqué, attendons de le négocier pour afficher nos ambitions… »

La fiche technique du match

À ALBI – Jeudi 19 heures

Albi bat Biarritz 31-19 (0-12). Arbitre : M. Datas (Armagnac-Bigorre). 2500 spectateurs.

Albi 5E Bonnet (48e) ; Naqiri (54e), Marchini (59e), Le Bourhis (69e), Hamadache (72e) ; 3T Lagarde (48e), Marchini (69e, 72e).

Biarritz 3E Levi (26e), Sousa (45e), Ruffenach (64e) ; 2T Lucu (45e, 64e), ;

Carton jaune : Couet-Lannes

ALBI : Legal ; Mau, Valançon, Rojas Alvarez, Bonnet ; Lagarde, Chateauraynaud, Durand, Chollon, Farré ; André, Barthe ; Seuteni, Djebablah, Dedieu.

Sont entrés en jeu : Sinclair, Curie, Calas, Lebreton, Mérancienne, Condou, Entraygues, Tonga, Hamadache, Evrard, Naqiri, Le Bourhis, D. Sancéry, Marchini, Barthélémy.

BIARRITZ : Couet-Lannes ; Hamdaoui, De Luca, Burotu, Boussuge ; Le Bourhis, Magnaval ; Sousa, V. Fono, Usarraga ; I. Fono, Lund ; Broster, Levi, Lourdelet.

Sont entrés en jeu : Ruffenach, Biscioni, Puleoto, Ondars, Lucu, Arrate, Gimenez, Clément, Roumat, Donnellan, Cabarry, Van Staden, Giresse, Davies, Dacharry.

Les meilleurs à Albi Le Gal, Lagarde, Seuteni, Hamadache, Marchini ;

Les meilleurs à Biarritz, Lund, I. Fono, Levi.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?