Quel bilan pour ce Four Nations ?

  • Quel bilan pour ce Four Nations ?
    Quel bilan pour ce Four Nations ?
Publié le , mis à jour

Aujourd’hui c’est déroulé la dernière journée de Four Nations, avec comme champion l’Australie. Édition particulière puisque il n’y eu qu’une phase allée. Néanmoins, il n’est pas trop tôt pour en titrer un premier bilan en vue du Mondial.

Nouvelle-Zélande, la désillusion de l’ogre :

Premier constat, la Nouvelle-Zélande fait toujours aussi peur malgré sa défaite face à l’Australie (27-19) en finale de Four Nations. Les hommes de Steeve Hansen ne se laissent pas avoir. Toujours pragmatiques, saisissant la moindre occasion pour venir faire mal à son adversaire à l’aide d’un essai venu des plus belles inspirations du rugby. Toujours aussi puissant, à l’image de Ma’a Nonu et de son essai contre l’Argentine où il embarque 4 défenseurs avec lui jusque dans l’en-but, les Blacks n’ont pas manqué de classe durant cette édition 2 015. Et de réalisme. À l’image de leur match contre l’Afrique du Sud, où les coéquipiers de Richie McCaw avaient subi une domination sud-africaine jusqu’au dernier quart d’heure de jeu. Rentré au vestiaire à la mi-temps sur score nul (10-10) ils auront pourtant réussi à arracher une victoire de sept points. Comme toujours, on a du mal à les imaginer ne pas faire un beau parcours (voire gagner) la Coupe du monde.

Australie, en bonne voie :

Ils ont remporté le Four Nations cette année. Avec le retour de bon nombre de joueurs grâce à la nouvelle politique de recrutement plus souple ; Michael Cheika aura eu le plaisir de pouvoir aligner des joueurs comme Matt Giteau ou Drew Mitchell. Dans la « poule de la mort » pour ce Mondial, on ne se fait pas trop de soucis pour eux. Avec le retour du prodige Matt Giteau et un mental de fer qui leur a permis de remonter à dix minutes de la fin du match dix points face aux Sud-Africains qu’ils ont finalement battus 24-20, l’Australie revient plus forte. Après sa débâcle en terre européenne à l’automne (1 victoire sur 4 matchs), voilà de quoi se rassurer. On peut noter le travail qui a été fait sur la mêlée, solide pendant ce tournoi. Avec l’Angleterre et l’Irlande les devançant au classement mondial, cette victoire sonne comme une remise en confiance. Les Wallabies arriveront gonflés à bloc pour cette édition du mondial 2 015. Un troisième titre de champion du monde, si improbable ?

Argentine, en continuelle progression :

L’Argentine, ce pays qu’on ne prenait pas au sérieux il n’y a pas si longtemps. Pourtant, les Pumas ont fait leur bout de chemin dans ce Four Nations jusqu’à la victoire finale à Durban contre l’Afrique-du-Sud (25-37). Même si ses deux premiers matchs ont été quelque peu chaotiques (défaite 39-18 contre la Nouvelle-Zélande et 34-9 face à l’Australie) les Argentins se sont remobilisés pour offrir un très beau spectacle en terre sud-africaine, fort en mêlée, un défense agressive et une attaque accomplie : ils auront marqué 4 essais, ils pourront aspirer à plus qu’un quart de finale cette année lors du Mondial. Leur troisième place au Mondial de 2007 est leur meilleure prestation. Entre récidive et envie de faire mieux, il faudra se méfier de ces Pumas aux dents longues.

Afrique du Sud, de quoi s’inquiéter ?

Depuis que le Four Nations existe, les Sud-Africains n’avaient jamais fait une aussi moche prestation. En quatre matchs ce fut… quatre défaites ! Du jamais vu. Deuxième nation mondiale, les Boks ont manqué de réalisme sur cette édition 2 015 du Four Nations. Largement dominateur lors du match contre l’Australie, il suffira d’un quart d’heure pour effacer la belle prestation de début de rencontre. En dix minutes, c’est quatorze points encaissés. De quoi nourrir des regrets. Tout comme face à la Nouvelle-Zélande. Dans le matchs rapidement et un essai dès la neuvième minute, nous avions vraiment cru que les Sud-Af’pouvait faire un coup en terre néo-zélandaise. Mais n’arrivant jamais à distancer les hommes de McCaw qui viendra crucifier les espoirs de ces derniers avec un essai dans les dernières minutes. Le dernier quart d’heure fatal, de quoi s’inquiéter en vue de la Coupe du monde ? M. A.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?