Jonathan Pélissié : « Réitérer face à Paris »

  • Jonathan Pélissié : « Réitérer face à Paris »
    Jonathan Pélissié : « Réitérer face à Paris »
Publié le , mis à jour

Auteur du premier essai, le demi de mêlée a été l’un des grands animateurs du large succès toulonnais en amical face à Clermont.

Comment appréhendiez-vous votre baptême du feu à Mayol ?

Je n’étais pas particulièrement stressé. Je suis resté détaché le plus possible de l’événement. J’ai essayé de profiter au maximum de chaque instant, notamment du Pilou-Pilou. Un moment incroyable ! J’ai tout simplement essayé de donner le maximum de moi-même pour apporter une plus-value à l’équipe. Je n’ai pas à rougir de ma performance. Maintenant, il faudra réitérer face à Paris.

Qu’avez-vous pensé de votre prestation à titre personnel ?

Je n’ai pas trop envie de me focaliser sur ma performance individuelle. Je ne suis qu’un petit maillon de l’équipe. Le plus important, c’est la performance collective. Elle a été plutôt belle. Même si nous avons affronté une équipe de Clermont très remaniée, c’est toujours bien de débuter par un succès. Cela nous permet de nous inscrire dans une dynamique. Je trouve que pour un match de reprise, nous avons réalisé d’assez bonnes choses mais aussi de moins bonnes. De temps en temps, l’équipe s’est montrée un peu poussive au niveau de ses enchaînements et a joué par à-coups. Le groupe en a pleinement conscience. Nous allons nous pencher dessus cette semaine pour être encore plus performants dès vendredi face au Stade français.

Grâce à votre passe sèche et vos libérations rapides, vous avez amené pas mal de vitesse au jeu du RCT…

C’est mon rôle en tant que numéro 9 de savoir dynamiser le jeu. À mon poste, il est impératif d’avoir du jus mais aussi de montrer de l’autorité. Je me suis juste acquitté de ma tâche pour que nos enchaînements soient le plus fluide possible.

Votre entente avec Uj Seuteni à l’ouverture, a dans l’ensemble plutôt bien fonctionné…

C’est vrai que pour une première sortie commune, nous nous sommes plutôt bien entendus. J’ai encore besoin de jouer à ses côtés et de mieux le connaître pour peaufiner nos automatismes et avoir des enchaînements plus naturels.

Dans quelle langue communiquez-vous ? Français ? Anglais ? Franglais ?

Nous échangeons plutôt en Anglais. Comme je ne débrouille pas trop mal dans la langue de Shakespeare, je n’ai pas eu d’incompréhension majeure avec lui. Je dois persévérer.

Retrouvez la suite de cet entretien dans l’édition du Midi olympique du lundi 10 août.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?