• Matchs de préparation à la Coupe du monde : la rétrospective
    Matchs de préparation à la Coupe du monde : la rétrospective
Publié le / Modifié le
Compétitions

Matchs de préparation à la Coupe du monde : la rétrospective

Instaurés en 1999 avec cette fois un seul match de préparation face au Pays de Galles (défaite 34-23), les test-matchs estivaux de fin août et début septembre avant la Coupe du monde peuvent changer une équipe que ce soit au niveau des joueurs ou de l’état d’esprit.

2003 : Une montée en puissance avant une grosse claque

Pour préparer le Mondial australien, la fédération française signe pour trois test-matchs : la Roumanie et l’Angleterre par deux fois. Les Anglais, auteurs du Grand Chelem cette année-là constituent un test important. Le 22 août, France commence par une victoire face à la Roumanie56 à 8, idéal pour se lancer dans le bain et pour la confiance. Une semain plus tard, au Vélodrome, les Bleus battent cette fois l’Angleterre. Une victoire 17-16 grâce notamment à un essai de Nicolas Brusque mais lord du match « retour », les Bleus se font prendre à la gorge par les Anglais qui les battent 45 à 14. Une désillusion qui crée de nombreux changements. Patrick Tabacco, exclu temporairement en début de match perd sa place de titulaire pour la Coupe du monde. Rougerie (titulaire à Marseille), auteur d’un essai en toute fin de match après être entré en jeu relègue Garbajosa, testé lors de ce match, sur le banc des remplaçants. Jauzion, auteur d’un drop sauve son match et peut compter sur ses performances face à la Roumanie et lors du premier « Crunch » pour rester titulaire. Par contre, la charnière Yachvili-Merceron, titularisée à Twickenham dit adieu à ses rêves de titularisation pour les gros matchs de Coupe du monde et voit le duo Galthié-Michalak qui ajoué tout le match de Marseille conforter sa place. Au final, la France fera un bon Mondial jusqu’à cette demi-finale face à l’Angleterre où Jonny Wilkinson élimine la France.

2007 ; Grand Chelem des test-matchs mais échec à la Coupe du Monde

A l’époque, jamais une Coupe du monde n’avait été aussi bien préparée, stage commando en montagne, enfermement à Marcoussis, les Bleus sont prêts pour le combat. Et c’est ce qu’ils prouvent lors de tous les test-matchs qui commence par un Angleterre-France gagné15-21. Ensuite, c’est au tour des Français de recevoir les Anglais, et là encore, la Franec fait la leçon (22-9). Enfin, au Millenium Stadium de Cardiff, la France bat facilement le Pays de Galles (7-34). Sur ces trois matchs, peu voire aucune insatisfaction. Beauxis, Jauzion (déjà incontournable), Elissalde mais aussi Mignoni marquent des points. C’est finalement Mignoni qui sera titularisé pour le match d’ouverture face à l’Argentine mais Elissalde prendra ensuite sa place. Chez les avants, Chabal, auteur d’un essai fabuleux face à l’Angleterre gagne sa place en tant qu’impact-player puisque comme titulaires Pelous et Thion ont confirmé leur statut de tauliers. Au Mondial en France, la Francen pourtant pleine de confiance (trop peut-être) perdit d’entrée face aux Pumas puis se fit éliminer en demi-finale face à... l’Angleterre qu’elle avait surclassé quelques semaines auparavant.

2011 : Deux victoires pour la confiance

Avant la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, les Bleus jouent deux fois face aux Irlandais, d’abord à Bordeaux puis à Dublin. Et à domicile, pour le dernier match international joué à Chaban-Delmas, la France s’impose 19 à 12 grâce à un essai de Vincent Clerc et 14 points au pied de Dimitri Yachvili. Le 20 août, en Irlande, bis repetita mais avec des joueurs différents. Les Bleus s’imposent 26 à 22 grâce à des essais d’Heymans (qui joua pourtant très peu lors du Mondial) et de Trinh-Duc (également auteur d’un drop). Morgan Parra, auteur de trois pénalités et de deux transformations semble prendre l’avantage sur Yachvili. En Nouvelle-Zélande, les Bleus perdent largement face aux All Blacks puis s’inclinent piteusement mais étroitement face aux Tonga. La révolte se fait ensuite sentir lors du quart-de-finale contre l’Angleterre (essais de Clerc et de Palisson, pourtant peu en vue lors des test-matchs). Les Bleus accédent finalement à la finale qu’ils perdent d’un point mais ça c’est une autre histoire.

C.B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir