Saint-André : « Attention à ne pas jouer pour soi »

  • Saint-André : « Attention à ne pas jouer pour soi »
    Saint-André : « Attention à ne pas jouer pour soi »
Publié le , mis à jour

C’est à six jours du premier match de préparation des Bleus face à l’Angleterre que le sélectionneur du XV de France a finalement décidé de livrer son groupe, dont l’annonce était à l’origine prévue ce mercredi. Philippe Saint-André en profitant pour situer les enjeux réels de ces matchs, en mettant en garde ses joueurs contre toute tentation individualiste.

Quel sera le programme de cette semaine à Falgos ?

On est vraiment sur l’aspect rugby, sur le travail des détails. On baisse un peu les doses de travail pour que les joueurs puissent récupérer. Certains sont prêts tandis que d’autres ont besoin d’une semaine de travail supplémentaire. Onze joueurs ne se déplaceront pas à Twickenham et resteront à Marcoussis pour continuer à travailler. Pour ce qui est des 25, je vais vous faire une bonne surprise : nous pensions l’annoncer mercredi, mais je vais finalement vous le révéler aujourd’hui (dimanche). Le temps de chausser mes lunettes magiques… (rires)

Pourquoi avoir devancé la date prévue ? Est-ce un ajustement par rapport à l’intensité des entraînements avec opposition ? Avez-vous senti de la tension ?

J’ai surtout senti beaucoup d’envie… Jusqu’alors, nous avions surtout travaillé la technique individuelle, mais les joueurs aiment d’abord la confrontation, le combat. Ils avaient besoin de savoir. Le match est samedi ils doivent rentrer dans l’aspect préparation et compétition d’un match de rugby. Il était donc très important pour tout le monde de rendre public le groupe : cela permet à tout le monde de basculer d’une période préparation à une période compétition.

Le fait d’avoir annoncé le groupe a entraîné un changement d’attitude chez les joueurs ?

Forcément que chez ceux qui vont jouer à Twickenham, on sent plus beaucoup plus d’investissement, d’implication sur les séances vidéo. Ils regardent leurs vis-à-vis comme ils ont l’habitude de faire… Il y a encore quelques jours nous étions sur du volume et du travail individuel. Là, tous les joueurs concernés ont basculé en mode compétition. Il me semble que c’était la meilleure solution, même si chacun ne fonctionne pas pareil. Les Anglais ont par exemple une autre philosophie : Stuart Lancaster a d’abord sélectionné un groupe de 50, dont il enlève 5 ou 6 éléments par semaine. Nous avons choisi un autre mode de fonctionnement. Tout ce que l’on sait c’est qu’ils seront prêts, comme d’habitude avec eux.

L’une des informations majeures de cette liste concerne l’absence de Frédéric Michalak…

Nous avons effectué nos choix en partie par rapport à l’état de forme. Frédéric Michalak a été souvent blessé avec Toulon, il est notre seul vrai ouvreur-buteur, il nous semblait d’autant plus intéressant de lui laisser une semaine de plus que Sébastien Tillous-Borde n’est pas encore à cent pour cent. En outre, Morgan Parra et François Trinh-Duc sont dans une très grande forme, tout comme Rémi Tales et Rory Kockott. Pour ce premier match, il nous semblait logique de faire appel à eux.

Dans quel état de forme se situe votre capitaine Thierry Dusautoir ?

Thierry a dû marcher avec des béquilles pendant quatre jours, mais nous n’avons aucune inquiétude. Il a préféré bien se soigner à Marcoussis plutôt que d’effectuer le déplacement à Londres, ce qui est logique.

Son « remplaçant » en tant que capitaine sera-t-il Toulousain ?

Vous le verrez bien lors de la conférence de presse d’avant-match…

L’une des certitudes de votre liste est qu’elle ne comporte que deux flankers, Nyanga et Ouedraogo. Votre équipe semble ainsi taillée pour imposer du volume et rechercher les extérieurs, dans le droit fil de votre préparation physique…

(il sourit) Ce n’est pas dit. Loann Goujon joue indistinctement 7 ou 8 à La Rochelle…

Il fait donc figure de remplaçant idéal…

(il coupe) Déjà, je vous fais le plaisir de vous donner la liste des 25… Vous avez beaucoup d’imagination, je vous fais confiance pour retrouver l’équipe-type (sourires)

Dans le contenu, qu’attendez-vous de ce premier match ?

Ce qui sera important, ce sera de rivaliser dans l’intensité, dans l’état d’esprit, de proposer des choses que nous avons travaillées. Au niveau des comportements individuels, chacun devra bien faire attention de ne pas jouer pour lui, mais pour l’équipe, au service des quatorze autres. Offensivement, on a beaucoup travaillé pour être capable de réagir à tous types de défenses, en variant nos lancements. On a vu par exemple que le week-end dernier, les Wallabies ont changé leur système pour surprendre les All Blacks, en troquant leur défense glissée pour un premier rideau très agressif, presque en inversée. Notre but, c’est d’être capable de répondre à ce genre de surprise. Même si on se doute que pour ce match les Anglais vont rester fidèles à leur défense habituelle, où ils cherchent à presser très haut pour réduire l’espace-temps de leurs adversaires.

L’Irlande, qui figurera dans votre poule, a largement dominé le pays de Galles au Millennium Stadium le week-end dernier. Y a-t-il d’ores et déjà des enseignements à tirer de cette rencontre ?

Pour être honnête, ce match est enregistré et va être analysé, mais nous nous sommes pour l’heure surtout concentrées sur les matchs du Rugby Championship. L’Australie et l’Argentine, que nous avons battues en novembre dernier, se sont imposées face à la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. C’est un signal fort. Cela veut dire que huit équipes se battront bien pour le titre mondial, parmi lesquelles je nous inclus évidemment.

Vous êtes très au courant du rugby anglais, qui se trouve actuellement animé par un débat concernant le positionnement du transfuge treiziste Sam Burgess. Pensez-vous que ce dernier sera plutôt utilisé contre vous au centre ou en troisième ligne ?

Selon les informations dont je dispose, il devrait plutôt être sélectionné comme trois-quarts centre. Stuart Lancaster a d’ailleurs sorti le centre de Bath (Kyle Eastmond, N.D.L.R.) de sa liste cette semaine, ce n’est sûrement pas par hasard…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?